Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Flandin-Granget Maurice

Résistant — Mort Sous la torture
— Francs-Tireurs et Partisans (F.T.P.F.)
Le 26 février 1944, Thonon a été le théâtre d’une effroyable fusillade qui a endeuillé une école renommée : l’École Hôtel du Savoie-Léman. Six résistants y ont été fusillés par d’autres Français. C’est une dramatique page de notre histoire chablaisienne.

Maurice Flandin, métallurgiste lyonnais, habitait le quartier lyonnais de La Villette. Au début des années 1930, il milita surtout à la CGT dans des entreprises de Villeurbanne. Il fut licencié de l’usine Nombret-Gaillard en raison de son action syndicale et entra aux aciéries de Longwy où il devint le secrétaire de la section syndicale et y conduisit les grèves de 1936. Il fut licencié une deuxième fois après la tentative de grève générale du 30 novembre 1938, contre les décrets-lois. Il était entré au Parti communiste en 1934 et il se consacrait en particulier à développer la vente de l’hebdomadaire régional La Voix du Peuple. Mobilisé en 1939, il fut arrêté dès sa démobilisation et condamné sous l’inculpation de menées antinationales à six mois de prison. À la fin de sa détention, le 30 mai 1941, il fut mis en résidence forcée à Aiguebelette (Savoie).

En dépit du danger que comportait la surveillance dont il était l’objet, il participa, en 1942 et 1943, à l’organisation des Francs-Tireurs et partisans français (FTPF) dont il commanda le 1er bataillon de Haute-Savoie dès la fin de 1943 sous le nom de Maurice Blanchard.

Le 20 février 1944, il fut cerné avec un groupe armé dans le petit village de Féternes (Haute-Savoie) par une unité de GMR. Transféré à l’hôtel Savoie-Léman de Thonon-les-Bains, siège de la Milice, il fut torturé sous les yeux de sa femme capturée en même temps que lui et, peu avant de mourir, il ne cessait de lui dire « Aie du courage » tandis qu’on lui brisait les côtes à coups de barre de fer. La poitrine défoncée, brûlé, le crâne ouvert, il mourut le 21 février à deux heures du matin.

Reconnu Mort pour le France (AC 21P 184884), son nom figure à Thonon-les-Bains, sur la plaque aux six fusillés du 26 février et sur le monument aux morts ainsi que sur celui de Feternes. Une rue du quartier de la Part-Dieu à Lyon a été nommée Maurice Flandin-Granget.

Lieux de mémoire

Stèle commémorative

Thonon — Stèle du Savoie-Léman

Le 26 février 1944, Thonon a été le théâtre d’une effroyable fusillade qui a endeuillé une école renommée : l’École Hôtel du Savoie-Léman. Six résistants y ont été fusillés par d’autres Français. C’est une dramatique page de notre histoire chablaisienne.

En mémoire de

Ange AngeliMarius Bouvet Jean GenoudAndré GrépillatJean Tallieu René Trolliet Maurice Flandin

Plaque commémorative

Féternes — Plaque de la rafle du 20 février 1944

Le 20 février 1944, dans le cadre des opérations de maintien de l'ordre, la Milice est à FETERNES, à quelques kilomètres de THONON, village où la Résistance est active. À l'aube les miliciens les maisons, rassemblent les hommes sur la place de l'église, face au mut de celle-ci, les bras en l'air par un froid glacial et dans la neige, ils seront brutalisés toute la journée. Les maquisards surpris, cernés, se battent avec courage, détermination et acharnement. Des miliciens sont abattus mais plusieurs maquisards payent de leur vie leur volonté de vivre libre. Tandis que trois maisons sont incendiées, les sbires de Darnand emmènent trente-deux personnes dont Maurice Flandin, qui meurt au Savoie-Léman sous la torture milicienne deux jours plus tard. Beaucoup de personnes arrêtées sont déportées et toute ne reviendront pas.

En mémoire de

René BernicotMaurice FlandinJulien MouilleMarcel Boujard

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !