Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Luttgens Marcel

Résistant et juste mort en tant que victime civile
Arrêté en tant qu'otage le 24 janvier 1944 à Saint-Martin Bellevue par les Allemands, il est détenu au fort de Montluc à Lyon, puis à Compiègne. Le 22 mars 1944, il est déporté sous la matricule (60201), il meurt le 27 mars 1945.

À Annecy, L'occupant nazi a exécuté onze des quatorze membres du «  Corps Franc Simon   » faits prisonniers le 24 janvier 1944:

Alfred Àckerman 27 ans, Roger Carrier 23 ans, René Cherpitel 25 ans, Jules Debart 22 ans. Jean Gérard 22 ans. Urbain Ledoux 25 ans, Paul Munch 24 ans. Bruno Perino 22 ans. Maurice Rabut 22 ans. Raymond Vellut 24 ans, Raymond Verdel 22 ans.

Enfouis sur place dans une fosse commune, leurs corps ne seront trouvés qu'en 1946 et inhumés, pour la plupart, dans la Nécropole nationale de Morette.

Leur chef. François Servant alias «  lieutenant Simon   ». avait été blessé par les forces françaises du Maintien de l'ordre le 23 janvier et transféré comme prisonnier à l'hôpital d'Annecy. Le lendemain, ses hommes veulent le libérer. En arrivant en ville, ils apprennent qu'ils ne peuvent plus rien pour lui ils repartent vers Thorens.

Mais, à Mercier, ils se trouvent face à un convoi allemand qui les neutralise. Parmi les prisonniers alors conduits au quartier de Galbert, trois ne sont pas fusillés mais déportés : Marcel Luttgens et

Louis Bertherat

, habitant de Mercier pris en otage, ne reviennent pas ; seul Jean Monin, benjamin du groupe, âgé de seize ans et demi, dont les faux papiers ont permis de le faire passer pour le mitron de la boulangerie, survit à la déportation.[/p]

Le corps du «  lieutenant Simon   », n'a jamais été retrouvé et sa tombe prévue dès l'origine à la Nécropole de Morette est restée vide, à titre symbolique.

Lieux de mémoire

Monument commémoratif

Saint-Martin-Bellevue — Monument commémoratif Corps-franc Simon

Le 24 janvier 1944, le corps-franc Simon revient d'Annecy où il a tenté de libérer son chef. Les Allemands ont tendu une embuscade sur leur route du retour. Douze d'entre eux sont faits prisonniers, torturés puis exécutés à la caserne Galbert à Annecy. Leurs corps sont retrouvés dans un charnier en 1946.

En mémoire de

François ServantJean GérardMaurice RabutPaul MunchUrbain LedouxBruno PerinoAlfred AckermanRaymond VerdelRaymond VerdelRoger CarrierCherpitel RenéLouis BertheratJean Monin

Stand explicatif

Annecy — Stand explicatif Caserne de Galbert

Panneaux explicatifs en souvenir de Jacques Lespès, sous-préfet de Bonneville, fusillé à la caserne et du corps franc Simon. À la Libération, un charnier a également été découvert dans une cour de la caserne. Les onze corps retrouvés étaient ceux des hommes du corps-franc Simon, capturés à Charvonnex et fusillés par les Nazis en janvier 1944.

En mémoire de

Jean GérardMaurice RabutPaul MunchUrbain LedouxBruno PerinoAlfred AckermanRaymond VerdelRaymond VerdelRoger CarrierCherpitel RenéLouis BertheratMarcel LuttgensJean Monin

Le 24 janvier 1944, le corps-franc Simon revient d'Annecy où il a tenté de libérer son chef. Les Allemands ont tendu une embuscade sur leur route du retour. Douze d'entre eux sont faits prisonniers, torturés puis exécutés à la caserne Galbert à Annecy. Leurs corps sont retrouvés dans un charnier en 1946. - annecy-panneau-explicatif-corps-franc-simon-caserne-de-galbert
Image

of

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !