Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Monin Jean, dit Richard André

Résistant, déporté
Arrêté en tant qu'otage le 24 janvier 1944 à Saint-Martin Bellevue par les Allemands, il est détenu au fort de Montluc à Lyon, puis à Compiègne. Le 22 mars 1944, il est déporté sous la matricule (60201), il meurt le 27 mars 1945.

Fils d’un gendarme vétéran de la « Grande Guerre », né le 6 avril 1927 à la Chaux du Dombief (Jura), Jean Monin est élevé dans les valeurs d’honneur et d’amour de la patrie.

Il perçoit la défaite de 1940 comme une honte. Heureusement l’appel du Général de Gaulle du 18 juin 1940, entendu fin juin 1940 sur Radio Londres « les français parlent aux français » lui redonne l’espoir d’une lutte contre l’occupant afin de redonner sa liberté à la France.

Son père, gendarme à Groisy, le Plot et Thorens-Glières en Haute Savoie, enseigne, depuis 1937, la préparation militaire aux jeunes de 16 à 17 ans qui souhaitent devancer l’appel. Le jeune Monin participe activement à cet enseignement.

Dès septembre 1940, son père et lui enterrent des armes et des munitions dans leur terrain. En mars 1943, la gendarmerie reçoit l’ordre d’arrêter les réfractaires au S.T.O. Son père lui demande d’être le relais permanent de Joseph Eminet, alias Colette, un des responsables locaux de la Résistance A.S. (Armée Secrète), afin de prévenir les intéressés.

Son père avait une amie résistante en poste à la Préfecture, il obtient ainsi un tampon destiné à la fabrication de fausses cartes d’identité, dont la sienne au nom de Richard André.

Il participe à la réussite de plusieurs coups de main, dont la récupération de la totalité du stock de vêtements « jeunesse et montagne » entreposés au château d’Annecy. Le 4 septembre 1943, Jean Monin entre au corps-franc Simon.

Le lieutenant François Servant alias Simon, blessé par les Gardes Mobiles de Réserve (G.M.R.) le 23 janvier 1944 entre Éloïse et Bellegarde est transporté à l’hôpital d’Annecy. Le 24 janvier, le corps franc tente, en vain de le récupérer. Au retour le groupe est intercepté par une colonne allemande à Saint Martin-Bellevue. Sur les quatorze membres du groupe, quatre réussissent à s’échapper, dont Pierre Tortel, alors que les dix autres sont arrêtés et emmenés à la Caserne Galbert du 27e bataillon des Chasseurs Alpins (BCA) à Annecy. Les camarades de Jean Monin sont fusillés dans la nuit, alors que sa fausse carte d’identité et son jeune âge, seize ans, le sauvent certainement de l’exécution.

Récit de l' arrestation de Jean Monin,

Pendant ses seize mois de captivité, il s’appellera Richard André.

Menotté au pied d'une table, il est frappé à coups de matraque, interrogé, il ne faiblit pas dans ses déclarations. Quatre jours, plus tard, il est interné à la prison de Montluc, avec deux passages à l’Ecole de Santé, avenue Berthelot où il subit des interrogatoires.

Fin février il est transféré depuis la prison de Montluc au camp de Compiègne Royallieu. Le 22 mars 1944, il est déporté en wagon à bestiaux, destination inconnue. Après 2 jours et 3 nuits, nu dans le wagon, il arrive à 5 heures du matin sur le quai d’une gare, couvert de neige.

Il passe ses 17 et 18 ans aux camps de Mauthausen et Gusen.

Le 28 avril 1945 il est rapatrié sur la Suisse par la Croix Rouge Internationale. Après un séjour en Suisse, il retrouve ses parents à Saint-Nazaire-en-Royans au pied du Vercors où son père, gendarme, avait été muté par mesure disciplinaire après son arrestation.

Depuis 1995, il rencontre des jeunes collégiens et lycéens qui participent au Concours National de la Résistance et de la Déportation. Il est président d’honneur de l’A.F.M.D. (Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation) Drôme Ardèche, dont il est le fondateur. Il organise chaque année des voyages au camp de Mauthausen où un film a été réalisé en 2004 « l’itinéraire d’un déporté », film destiné à la jeunesse

Lieux de mémoire

Monument commémoratif

Saint-Martin-Bellevue — Monument Corps-franc Simon

Le 24 janvier 1944, le corps-franc Simon revient d'Annecy où il a tenté de libérer son chef. Les Allemands ont tendu une embuscade sur leur route du retour. Douze d'entre eux sont faits prisonniers, torturés puis exécutés à la caserne Galbert à Annecy. Leurs corps sont retrouvés dans un charnier en 1946.

En mémoire de

François ServantJean GérardMaurice RabutPaul MunchUrbain LedouxBruno PerinoAlfred AckermanRaymond VerdelRaymond VerdelRoger CarrierCherpitel RenéLouis BertheratJean Monin

Stand explicatif

Annecy — Stand explicatif Caserne de Galbert

Panneaux explicatifs en souvenir de Jacques Lespès, sous-préfet de Bonneville, fusillé à la caserne et du corps franc Simon. À la Libération, un charnier a également été découvert dans une cour de la caserne. Les onze corps retrouvés étaient ceux des hommes du corps-franc Simon, capturés à Charvonnex et fusillés par les Nazis en janvier 1944.

En mémoire de

Jean GérardMaurice RabutPaul MunchUrbain LedouxBruno PerinoAlfred AckermanRaymond VerdelRaymond VerdelRoger CarrierCherpitel RenéLouis BertheratMarcel LuttgensJean Monin

Le 24 janvier 1944, le corps-franc Simon revient d'Annecy où il a tenté de libérer son chef. Les Allemands ont tendu une embuscade sur leur route du retour. Douze d'entre eux sont faits prisonniers, torturés puis exécutés à la caserne Galbert à Annecy. Leurs corps sont retrouvés dans un charnier en 1946.

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !