Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Deffaugt Jean

Résistant — Juste parmi les nations

MAQUIS : — Mouvement de résistance des évadés français (M.R.E.F.)
Né le 31 mai 1896 à Verchaix, Jean Deffaugt est commerçant en tissus. Il réside en Lorraine, puis s'installe à Annemasse en 1935. Lorsqu'en 1940 des réfugiés arrivent de l'Est, Jean Deffaugt s'occupe spontanément d'eux.

Il fonde un centre d'accueil, qui recevra près de 12 000 français venus de la zone occupée. Cette action bénévole lui vaut d'être choisit dans la Délégation spéciale instituée par le Régime de Vichy. Avec d'autres anciens combattants, il accepte "par devoir" cette lourde tâche d'administration. Adjoint au maire Collardey, il le remplace lors de sa fuite en avril 1941 et devient maire en décembre 1943.

Dès 1943, Jean Deffaugt entre en relation avec les organisations chargées de faire passer en Suisse les nombreux fugitifs et le colonel Georges Groussard met à sa disposition des passeurs sûrs et des membres du Réseau Gilbert.

Ce réseau permit à Jean Deffaugt de sauver de nombreuses personnes, avec l'aide de la Croix-Rouge et du Secours National.

Georges Loinger, résistant Juif, contacte Jean Deffaugt pour mettre en place une filière de passage d'enfants Juifs en Suisse, dit le réseau Éducation physique.

Le maire d’Annemasse, nommé par le gouvernement du Maréchal Pétain, l'écoute, se tourne vers le portrait du Maréchal et dit "vous savez monsieur le Maréchal, que je vous suis fidèle, mais je ne peux laisser des enfants dans la misère". Et les passages en Suisse se sont succédés.

Le 31 mai 1944, une accompagnatrice de 22 ans, Marianne Cohn, est arrêtée par les Allemands à la frontière avec 28 enfants de 4 à 15 ans. Ils sont internés à l’Hôtel Pax dont les Allemands avaient fait leur Kommandantur et leur prison.

Jean Deffaugt intervient et grâce à lui, les petits seront mis à l'abri à Bonne-sur-Menoge, les aînés resteront à Annemasse. Il cherche à faire évader Marianne Cohn qui refuse pour éviter des représailles sur "ses" enfants.

Quelques jours avant la libération de la région, la Gestapo de Lyon vient chercher Marianne Cohn dont on retrouvera plus tard la dépouille mutilée dans un charnier avec cinq autres résistants, Bord, Duprac, Jacquaz, Regard et Mme Perrin.

À la libération de la région par les FFI, Jean Deffaugt fera partir les 28 enfants dans un camion vers la Suisse.Le Comité national de Libération, reconnait ses services et le maintient dans sa fonction en août 1944. Le Comité national de Libération, reconnait ses services et le maintient dans sa fonction en août 1944.

Après la Libération du 18 août 1944, Annemasse est le siège d'une cour martiale en septembre 1944 où sont condamnés à mort 30 miliciens. Les qualités de "courage et clairvoyance" de Jean Deffaugt lui valent plusieurs médailles:

  • Légion d'Honneur,
  • Médaille Militaire,
  • Médaille de la Résistance,
  • Mérite social,
  • Mérite commercial
.

Jean Deffaugt se distingue entre tous, par la médaille "des Justes parmi les Nations, distinction rare, décernée à ceux qui ont risqué leur vie pour aider des Juifs.

Réélu maire en 1945, il reste conseiller municipal de 1947 à 1959 puis de 1965 à sa mort, le 1er juillet 1970. Il est âgé de 75 ans.

Lieux de mémoire

Plaque commémorative

Annemasse — Stèle Jean Deffaugt

Maire d'Annemasse durant l'Occupation nazie. Obtient le 31 mai 1944 la libération de 17 enfants juifs emprisonnés à l’hôtel Pax transformé en prison par la Gestapo, arrêtés alors qu’ils tentaient de passer la frontière avec des camarades plus âgés et une jeune convoyeuse clandestine, membre des réseaux juifs, Marianne Cohn.

En mémoire de

Jean Deffaugt

Plantation d'un arbre en son honneur à Yad Vaschem en 1965Stèle en Mémoire de Jean Deffaught, résitant Annemassien qui à sauvés des enfants juin en 1944 - Distingé par la médaille des justes pour les nations en 1965

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !