Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Bailly Léon

Né le 12 janvier 1905 à Annecy (Haute-Savoie), massacré le 30 juin 1944 à Étercy (Haute-Savoie) ; instituteur ; homologué résistant.

Léon Bailly réussit des études qui le menèrent à la profession d’instituteur. Déplacé par le gouvernement de Vichy dans plusieurs villages de Haute-Savoie, d’Entremont à Marigny Saint-Marcel, puis dans la commune d’Étercy, Léon Bailly était un « indésirable » pour le gouvernement du maréchal Pétain. Il était laïc et républicain et de plus libre-penseur.

Le 26 juin 1944, le corps franc départemental monta une opération de sabotage dans le tunnel ferroviaire de Lovagny et utilisa comme base arrière la ferme de Léon Berthet. Des soldats et des secrétaires féminines allemands furent débarqués du train avant qu’il ne déraille et amenés à la ferme de Léon. Les hommes du corps franc furent obligés de faire deux voyages pour transporter leurs prisonniers à Mannecy (Chilly), où ils cantonnaient pour l’heure.

Entre les trajets, le village fut investi par les Allemands et les miliciens annéciens renseignés. Yves Oppert, alias Montcalm, fut tué à son retour avec la camionnette du corps franc. Au cours des combats Léo Chalvin fut tué, ainsi que l’agriculteur Léon Berthet. Les miliciens ayant torturé à mort Claude Cerisier apprirent ainsi que le reste du corps franc cantonnait à Mannecy. Le 27 juin, la Milice se rendit sur place, libéra les Allemands détenus et incendia la ferme après le pillage.

Le 30 juin, quatre maquisards du corps franc vinrent à Étercy pour récupérer des armes. Apprenant à la fois la mort de Léon Berthet et la présence de miliciens au village, ils décidèrent de faire justice et ils exécutèrent deux miliciens dans le cimetière sur les tombes de leurs camarades. Dans la soirée, des [glossaire]GMR[/glossaire] et des [glossaire]miliciens[/glossaire] ratissèrent le village et prirent des otages. Sur dénonciation du père de l’un des miliciens tués, quatre hommes furent sortis du groupe d’otages : Léon Bailly, le cafetier Julien Boguet, Flavien Burlet un cultivateur et Fernand Laperrière le fromager du village. Ils furent exécutés au bord de la route des Creuses (Départementale n°16).

En septembre 1944, une cérémonie se déroula dans le cimetière de Chavanod où repose l’instituteur Léon Bailly. Un détachement en armes sous les ordres du commandant F.T.P.F. Duret de Cornier, glorieux combattant 1939-40 rendit les honneurs. Léon Bailly fut homologué FFI-DIR.

Le drame d’Étercy reste encore gravé dans toutes les mémoires. Plusieurs plaques et un monument route des Creuses rappellent le martyr de ces hommes morts pour la liberté.

Léon Bailly figure également sur monument aux morts de Saint-Pierre-en-Faucigny, ainsi que sur celui d’Étercy et sur la plaque de l’École normale de Bonneville (actuel IUFM). Par contre, il n’est pas mentionné sur les listes « Morts pour la France » apposées dans le hall de l’Hôtel de ville d’Annecy, sa ville natale.

Lieux de mémoire

Monument commémoratif

La Roche-sur- Foron — Monument des Résistants AS-FTP du canton

Monument commémorant les RésistantsAS-FTP du canton morts pour la France.

Monument commémoratif

Étercy — Monument des fusillés de Chavando (les Creuses)

Le 30 juin, quatre maquisards du corps franc vinrent à Étercy pour récupérer des armes. Apprenant à la fois la mort de Léon Berthet et la présence de miliciens au village, ils décidèrent de faire justice

En mémoire de

Léon BaillyJulien BoguetFlavien BurletFernand Laperrière

Plaque commémorative

Étercy — Plaque Léon Bailly

Le 30 juin, quatre maquisards du corps franc vinrent à Étercy pour récupérer des armes. Apprenant à la fois la mort de Léon Berthet et la présence de miliciens au village, ils décidèrent de faire justice et ils exécutèrent deux miliciens dans le cimetière sur les tombes de leurs camarades.

En mémoire de

Léon Bailly

Étercy, Chavanod, monument commémoratif en mémoire pour les fusillés des Creuses en 1945.Étercy — Plaque commémorative Léon Bailly torturé et fusillé dans la nuit du 1er juillet 1914

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !