Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Forces Française de l'Intérieur (FFI)

La résistance française de l'intérieur (RFI), appelée en France la Résistance, englobe l'ensemble des mouvements et réseaux clandestins qui durant la Seconde Guerre mondiale ont poursuivi la lutte contre l'Axe et ses relais collaborationnistes sur le territoire français depuis l'armistice du 22 juin 1940 jusqu’à la Libération de la métropole en 1944.

Forces Française de l'Intérieur (FFI)

Page prochainement complétée

D'Alger, Charles de Gaulle continue son travail d'unification de la Résistance. La création des FFI répond à deux objectifs qu'il a définis dans ses Mémoires de Guerre. Evoquant les forces clandestines, il écrit : "…Mais il y aurait de graves inconvénients à les laisser à elles-mêmes sans les attacher à l'autorité centrale. Car on risquerait alors soit de les voir glisser à l'anarchie des "grandes compagnies" soit de les livrer à l'emprise prépondérante des communistes". Il ajoute un peu plus loin : "…Mais il faudra, d'autre part, que les actions locales des clandestins revêtent, au moment voulu, le caractère d'un effort national ; qu'elles prennent assez de consistance pour devenir un élément de la stratégie alliée ; qu'elles mènent, enfin, les combattants de l'ombre à se fondre avec les autres en une seule armée française". Le 29 décembre 1943, les dirigeants de [las] et ceux des [ftp], ainsi qu'un délégué militaire national signent un protocole d'accord d'action en sept points permettant la naissance des [ffi]. Celles-ci sont officiellement créées le 1er février 1944, par une ordonnance et placées en mars sous les ordres du général Pierre Koenig :"Les FFI sont constituées par l'ensemble des unités combattantes ou de leurs services, qui prennent part à la lutte contre l'ennemi sur le territoire métropolitain, dont l'organisation est reconnue par le gouvernement et qui servent sous les ordres de chefs reconnus, par lui, comme responsables. Ces forces armées font partie intégrante de l'armée française et bénéficient de tous les droits et avantages reconnus aux militaires par les lois en vigueur. Elles répondent aux conditions générales, fixées par le règlement annexe à la Convention de La Haye du 18 octobre 1917, concernant les lois et les coutumes de la guerre sur terre." Les Allemands refusent toujours de considérer les combattants des maquis comme appartenant à des unités régulières et de leur faire appliquer les conventions de Genève sur le statut des prisonniers de guerre. Contre ces "terroristes", ils continueront à exercer les plus dures représailles. L'état-major de R1 à Lyon nomme, début mai 1944, Joseph Lambroschini, dit "Nizier", responsable des FFI de Haute-Savoie. On reçoit ce "parachuté" de Lyon mais, bien vite, les résistants savoyards découvrent un homme soucieux de résoudre les tensions existant à l'intérieur de la Résistance et d'épargner ses troupes face à l'occupant allemand. Cet homme, Corse d'origine et qui a fait des études de vétérinaire, est en réalité un très grand diplomate, ayant une très grande capacité de travail, capable de "plancher" toute une nuit sans dormir. Il réussit à apprivoiser (sic) les Savoyards. Il doit réaliser sur le terrain cette union entre les FTP et l'AS, au sein des FFI, condition nécessaire de la réussite. Il écrit : "Je pris mon bâton de pélerin et je pris la route. Je contactai les responsables. Je recueillis les doléances et les suggestions. Je me transformai en raccommodeur de faïence et de porcelaine, car… les hommes souffraient encore des séquelles des Glières. Il fallait réorganiser les maquis, les armer, leur donner des instructions nouvelles. Parfois, les gars n'étaient pas faciles. Je me déplaçais, en empruntant tous les moyens de locomotion : le car poussif à gazo, la voiture, le vélo. J'ai un triste souvenir du vélo, moi qui n'aimais pas cela. L'escalade des cols fut un supplice. A tout prendre, je préférais la marche à pied. L'une des missions accomplies et non des moindres fut l'unification de l'AS et des FTP. Elle demanda du temps, de la patience et de la persévérance. Elle nécessita de nombreuses réunions secrètes." En Haute-Savoie, le rôle du commandant Joseph Lambroschini, dit "Nizier", pour assurer l'unité de commandement et d'action est primordial. Après quoi, la mobilisation générale étant lancée, des stratégies communes sont élaborées entre les chefs AS et FTP au sein des FFI pour organiser les combats pour la Libération. Pour la libération d'Annecy, les forces FFI d'origine AS sont les plus nombreuses, mais l'état-major incorpore la 93-29 (ou 93-17) FTP dans le dispositif. Pour la libération d'Annemasse les forces FTP d'André Allombert et celles de l'AS du capitaine Henri Genet unissent leurs efforts pour libérer la ville dans une bonne harmonie. Deux autres exemples montrent cette volonté d'union : l'élaboration d'un plan pour la libération de Thonon et l'unité réalisée pour l'attaque de Saint-Julien-en-Genevois.

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !