Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Fillière honore l’abbé Claudius Longeray, un curé hors du commun

Son portrait trône à côté du diplôme dans le hall de l’église. La médaille des Justes a été attribuée à des prêtres du diocèse d’Annecy et à des religieux (18). L’abbé Claudius Longeray a été honoré à titre posthume lors d’une cérémonie à la salle Eugène-Verdun en 1990. Il avait hébergé au presbytère de Saint-Martin une famille Juive d’octobre 1942 à mars 1945. Photo Le DL /S.B.

La municipalité de Saint-Martin-Bellevue a souhaité honorer l’abbé Claudius Longeray, un homme original qui a marqué le village par sa bonhomie et ses talents de bricoleur hors pair. Mais surtout, c’est un Juste parmi les nations. Une place du chef-lieu lui a été dédiée le 8 mai dernier.

La commune déléguée de Saint-Martin-Bellevue a hébergé en son temps un personnage illustre, l’abbé Claudius Longeray, et certains s’en souviennent encore. Le maire délégué Christian Rophile a proposé au conseil municipal de Fillière d’honorer sa mémoire en baptisant de son nom une place au chef-lieu, devenue place Claudius-Longeray.

Claudius Joseph Longeray est né à Chavanod le 29 avril 1888. Ordonné prêtre le 12 juillet 1914, il est nommé vicaire à Collonges le 17 août 1914, puis à Bons le 16 octobre 1919, à Viuz-en-Sallaz le 19 septembre 1922, à Megève le 29 juin 1924. Curé du Cohennoz le 14 octobre 1959 et curé de Saint-Martin-Bellevue le 6 décembre 1931, il est décédé le 20 novembre 1959.

C’était une figure originale ; doué d’un extraordinaire talent de bricoleur et de mécanicien, il aurait pu faire breveter ses nombreuses inventions. Sa cure, véritable arche de Noé, était dotée d’un outillage à faire rêver les professionnels qui, du reste, avaient recours à ses services. Il était pour ses paroissiens, la dépanneuse universelle.

Le journaliste du Dauphiné libéré d’alors, Robert Corbier, écrivait dans un article consacré à Saint-Martin-Bellevue (428 habitants) et plus particulièrement à son curé, le 28 décembre 1938, avec ce titre : “Commune hors du commun”.

La petite Yamina née à la cure

“À Saint-Martin-Bellevue (8 habitants au chef-lieu), les paroissiens ne se voient que le dimanche… Et il naît une petite musulmane au presbytère. Un curé hors du commun : pittoresque abbé Longeray… Le toit de son presbytère abrita toutes les misères, toutes les confessions, tous les hommes de bonne volonté, des maquisards aux Musulmans en passant par les Juifs. Ses derniers “locataires” l’ont quitté pour Annecy, il y a un mois, une famille de Nord-Africains. Arrivés en octobre 1957 au presbytère de Saint-Martin-Bellevue, où le Secours catholique les avait envoyés, les Zehhidah qui avaient deux enfants, sont repartis voilà trois semaines avec trois : la petite Yamina (Jacqueline) y est née”.

« Une naissance à la cure, c’est peu banal nous a confié l’abbé Longeray. Que le nouveau-né soit de religion musulmane est exceptionnel, n’est-ce pas ? ».

“Qu’il ait eu en mains son bréviaire ou son chalumeau à souder, rien ne le détournait du sérieux de son travail. C’est ainsi qu’il accomplissait son sacerdoce. Il mit son intelligence et son cœur, sa science pratique et ses dons au service de ceux qui venaient frapper à sa porte. Claudius Longeray était un homme libre, à l’image de ses prophètes qui témoignent à temps et à contretemps. Il n’avait de compte à rendre qu’à Dieu”.

Il s’était encore distingué lors de la Seconde Guerre mondiale lorsqu’il avait hébergé au presbytère de Saint-Martin une famille juive d’octobre 1942 à mars 1945. Pour cela, il avait été nommé Juste parmi les nations en 1990.

S.B, 14 août 2022
Lieu de mémoire en lien avec Fillière honore l’abbé Claudius Longeray, un curé hors du commun
 Plaque Abbé Claudius Longeray

Plaque Abbé Claudius Longeray

Détail

Plaque en mémoire de l'abbé Claudius Longeray qui prenait unrisque considérable, d’autant que son neveu, milicien, menaçait du dénoncer à la Gestapo, en hébergeant des familles juives. Le 16 mai 1989, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à l’abbé Claudius Longeray le titre de Juste parmi les nations

Lieu : Fillière

Son portrait trône à côté du diplôme dans le hall de l’église. La médaille des Justes a été attribuée à des prêtres du diocèse d’Annecy et à des religieux (18). L’abbé Claudius Longeray a été honoré à titre posthume lors d’une cérémonie à la salle Eugène-Verdun en 1990. Il avait hébergé au presbytère de Saint-Martin une famille Juive d’octobre 1942 à mars 1945. Photo Le DL /S.B.