Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

79e anniversaire de la tragédie du hameau de Pouilly — Commémoration 2023

Comité souvenir français vallée verte / quatre rivières : commémoration tragédie de pouilly 28 janvier 1944 / commune de Saint-jeoire-en-faucygny

Aujourd'hui, 29 janvier 2023 à 11 heures 30, en présence d'une nombreuse assistance, s'est déroulée la commémoration du 79e anniversaire de la Tragédie de POUILLY, commune de Saint-Jeoire-en-Faucigny, Haute-Savoie.

Le 28 janvier à 20 heures

En ce début d'année 1944, l'atmosphère est pesante dans ce secteur ou de nombreux maquis mènent des actions pour harceler l'ennemi. Le 28 janvier vers 20 heures, un officier des douanes allemandes est enlevé à la gare du pont du Risse par des résistants venus de Mieussy et membres du corps franc de Jean CARRIER, responsable des groupes francs des MUR (Mouvements Unis de Résistance) pour la Haute-Savoie. Le même jour un accrochage à lieu à proximité du Pont de Fillinges avec l'armée allemande. Ces évènements sont à l'origine du drame qui va se dérouler dans la soirée.

Vers 21 heures 30

Un double barrage de police est dressé à l'entrée de POUIILY par les hommes de la 9e compagnie de la section de sécurité (SS) Polizeï venus d'Annemasse. Vers 22 heures, une voiture surgit avec trois résistants à bord : Marcel CLAVEL, Robert DESBIOLLES et Alphonse PASQUIER. Elle tente de forcer le barrage. Une fusillade s'ensuit, un allemand est tué. Marcel CLAVEL parvient à s'enfuir. Les deux autres blessés tentent de gagner la maison voisine où demeure à ce moment-là Jean CARRIER. Il se trouve depuis le matin à POUILLY, village natal de son épouse.

Vers 23 heures 30,

Un détachement de 90 hommes de la SS Polizeï arrive en renfort à POUILLY. Femmes et enfants sont poussées hors du village par des officiers présents. Les hommes sont tués à leur domicile. Après avoir porté secours à l'un des blessés de la première fusillade, Jean CARRIER se retranche dans les combles de sa maison et utilise son armement contre l'ennemi. Pour venir à bout de l'assiégé, la SS Polizeï incendie la maison et Jean CARRIER, brûlé vif, disparaît dans la chute de la toiture.

À 4 heures du matin

Le détachement de la 9e compagnie de la SS Polizeï quitte le hameau dévasté, marqué à jamais par ce drame. Durant cette nuit tragique, six maisons et trois bâtiments agricoles sont brûlés.

Onze hommes sont exécutés : BENEDENTE Eustache, CARRIER Jean-Claude, CHAMOT Ferdinand, CORNIER Pierre, DESBIOLLES Robert, GIROD Jean, MISCHLER Alfred, PARCHET François Léon, PASQUIER Alphonse, PASQUIER Clément, SALOMON Émile.

À la fin de la guerre, le bilan humain et matériel est lourd pour la commune de SAINT-JEOIRE-EN-FAUCIGNY. Elle reçoit, le 11 novembre 1948, la Croix de guerre avec étoile de bronze en reconnaissance de l'engagement de ses habitants dans la Résistance. Jean-Claude CARRIER est élévé au rang de Compagnon de la Libération à titre posthume par le général DE GAULLE en reconnaissance de son engagement dans la Résistance.

Comité du Souvenir Français (74), 29 January 2023
Stèle commémorative

Saint-Jeoire — Stèle du hameau de Pouilly

Le 28 janvier 1944, le hameau de Pouilly était mis à feu et à sang par la horde nazie (onze hommes abattus et quatorze maisons incendiées). Cette stèle rend hommage aux victimes

En mémoire de

Robert Desbiolles Jean Carrier