Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Nâves-Parmelan — Plaque commémorative Mairie


Nâve-Parmelan — Plaque commémorative Mairie, combat des Glières

Les événements

En janvier 1944, dans la France occupée, face à la mise en état de siège de la Haute-Savoie par le gouvernement de la collaboration, des maquisards montent sur le plateau des Glières, à 1500 mètres d'altitude, pour recevoir les parachutages nécessaires à l'armement de la Résistance. Pendant huit semaines, encadrés par une poignée d'officiers et de sous-officiers du 27 Bataillon de Chasseurs Alpins passés à la clandestinité, les maquisards vont défier les forces du Maintien de l'Ordre envoyées par les autorités de Vichy.

Leur chef, le lieutenant Tom Morel est tué le 9 mars à Entremont, l'intérim du commandement est alors assuré par les lieutenants Jourdan puis Bastian, en attendant l'arrivée du capitaine Anjot qui, le 18 mars, prend la tête des 465 hommes du bataillon des Glières. L'armée allemande fait intervenir la 157 Division Alpine de la Wehrmacht. Quatre de ses bataillons bloquent le plateau et attaquent avec l'appui de l'aviation et de l'artillerie.

Le 26 mars, constatant que le Bataillon des Glières ne résistera pas davantage face à une attaque générale, le capitaine Anjot organise de nuit l'évacuation du plateau et l'exfiltration des maquisards. Il prend lui-même, avec quelques compagnons, la direction de Naves-Parmelan dans l'espoir de rejoindre Annecy tout proche.

Le 27 mars vers 15 heures, repérés par un poste de guet allemand placé au cimetière du village, alors que, venant du col du Perthuis, ils cheminent à travers les bois, six d'entre-eux tombent dans une embuscade au lieu-dit "Le Clus". Des habitants retrouveront là:

Ils les enterreront provisoirement au lieu-dit "L'Alouette" puis, malgré la présence des forces d'occupation, les transféreront le 4 avril dans le cimetière communal. Après la Libération, les corps prendront place dans la Nécropole Nationale des Glières à Morette. La répression qui s'abat sur toute la région après le mois de mars n'épargne pas la commune de Naves-Parmelan. Le 7 avril, une rafle de la Milice fait partir plusieurs de ses fils dans les geôles de l'Etat français et de la Gestapo.

Mais quatre mois plus tard, le 19 août 1944, les maquisards forceront l'occupant et ses collaborateurs à capituler devant eux sans condition, faisant ainsi de la Haute-Savoie le premier département français libéré par la Résistance.

L'Association des Glières et la commune de Naves-Parmelan

Victimes

Maurice AnjotLambert DancetLouis VitiponFlorian AndujarManuel Corps-Maldera Antonio Perez Ortiz