Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Émile Loison est né le 30 novembre 1922 à Calais. Élève à l'École Militaire d'Autun en juin 1940, il se manifeste en refusant d'être évacué avec une douzaine de camarades. Ils vont se cacher dans l'école avec l'idée de prendre part aux combats contre les Allemands. Faits prisonniers le 18 juin, n'ayant pas encore 18 ans, ils sont libérés le 19 juillet 1940

Le groupe franc départemental et son chef Émile Loison.

Après plusieurs tentatives pour passer en Angleterre, Émile Loison obtient un emploi à la SNCF en avril 1941. C'est là qu'il rejoint le réseau de renseignements de l'Intelligence Service "S.M.H Gloria".

En août 1942, une vague d'arrestations se produit dans la branche parisienne du réseau, pour échapper aux recherches, Émile Loison utilise un subterfuge en obtenant l'autorisation de se rendre en zone non occupée pour y souscrire un engagement dans l'armée. Le 28 août, Émile Loison se présente au 27e BCA à Annecy, où il souscrit un engagement pour trois ans. Mais l'invasion de la zone libre par les allemands en novembre 1942 le contraint à déserter. Il réussit à reprendre contact avec son réseau à Marseille. Le 1er décembre, il est chargé d’accompagné en Espagne un aviateur canadien qui avait été abattu. Passé en Espagne, après quelques péripéties, le 22 juin, un convoi l'amène jusqu'à Gibraltar où il embarque sur le "SS Higland Princess ". Il débarque en Écosse le 29 juin 1943.

Émile Loison se présente le 6 juillet 1943, dans les locaux du BCRA et se porte volontaire pour accomplir une mission en France. Il suit la formation spéciale d'agent action. Parachuté dans la nuit du 21 au 22 avril 1944, près d'Eymeux dans la Drôme il est accueilli par Paul Rivière alias Marquis, chef des opérations de la zone R1 qui le conduit le jour même à Lyon. C'est là que Loison est présenté à Jean Rosenthal alias Cantinier, le représentant du général de Gaulle en Haute-Savoie qui le conduit vers sa future zone d'action.

Le 26 avril, il entame une période d'instruction d'armement et d'action dans un camp du maquis près de Thorens-les-Glières puis les 4 et 5 mai, il est à Annecy pour apprendre à une compagnie sédentaire de l'AS, le sabotage et le maniement des armes anglaises.

Le 10 mai 1944 Joseph Lambroschini alias Nizier est nommé chef des forces de la Résistance de la Haute-Savoie et décide de créer un corps franc départemental qui dépendra directement de lui, pour toutes les opérations qu'il aura à mener. Le commandement est confié à Émile Loison alias Raymond. Particulièrement actif, le groupe franc va accomplir plus de 30 actions répertoriées jusqu’à la Libération.

Raymond reçoit une première croix de guerre à 22 ans, une prise d’armes est organisée en France occupée le 14 juillet 1944 à Montremont près de Thônes au PC de Joseph Lambroschini : "A été chargé dès son arrivée dans les maquis de Haute-Savoie de monter aux Glières récupérer les dépôts d’armes laissés sur le plateau, après les attaques du mois de mars, a accompli sa mission, après avoir été obligé d’abattre deux miliciens". (Londres le 20 juin 1944).

Le 28 septembre, des parachutistes de passage dans la région, annoncent à Émile Loison qu'il doit rejoindre Paris où la DGER rappelle ses agents. Après en avoir reçu confirmation, il rejoint la capitale le 3 octobre laissant le commandement du groupe franc à son adjoint, Michel Boisson.

La DGER le détache dans ses écoles de formation d'agents où sont instruits les agents qui se préparent à être infiltrés en Allemagne ou partir en Extrême-Orient.

Le 22 décembre 1944 le général PIAT de la DGER place Émile Loison à la tête du "Commando Mont-Blanc " chargé des infiltrations armées en Italie du Nord-ouest. Le 18 mars 1945, il est blessé par un tir de mortier alors qu'il accompagnait quatre officiers italiens prisonniers.

Raymond reçoit une deuxième citation et la croix de chevalier de la Légion d’Honneur à 23 ans lors de la prise d’armes organisée pour la remise de la médaille de la Résistance à la ville de Thônes le 2 décembre 1945.

Chevalier de la Légion d'Honneur en août 1945

"Sont promus ou nommés dans l'Ordre National de la Légion d'Honneur au grade de Chevalier : HENAFF Raymond, capitaine de la 14e Région. « Officier parachutiste commandant le corps franc départemental de la haute Savoie, a conduit sans relâche son unité au combat, faisant preuve d'une exceptionnelle qualité d 'adresse et d'un mépris total du danger. Entraînant ses hommes, payant de sa personne contre l'ennemi. S'est particulièrement distingué au combat d 'Etercy, le 26 juin 1944. A pris une part importante par son inlassable activité, ses dons d'entraîneur d'hommes et son courage à la libération de la Haute-Savoie »

Croix de Guerre 1939 1945 avec 2 citations, dont 1 palme :

« Le lieutenant Henaff chef du Corps-Franc Départemental de la Haute-Savoie, entraîna son unité à trente-six actions contre l'ennemi, n'essuyant ni perte sévère ni insuccès. Le 26 juin 1944, aidé par huit hommes de son unité, il tint tête à cent cinquante Allemands et miliciens à Etercy (Haute-Savoie) durant près de quatre heures. Complètement encerclé, le groupe suivant l'exemple de son chef, se battit farouchement mettant hors de combat trente-neuf ennemis. Laissant deux morts sur le terrain, le lieutenant Loison parvint à effectuer I 'évacuation de ses hommes. Durant cette opération, il combattit seul les Allemands qui le serraient de près ».

Signé : Lieutenant-colonel Nizier

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !