Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Résistante avec son mari Émile, le couple appartenait à la compagnie 93-04 des Francs-Tireurs et Partisans, dite la Patrouille-Blanche (F.T.P.F). Le 15 septembre 1943, à la mi-journée, ils sont arrêtés par la Gestapo, sur dénonciation, Leur crime ? Ravitaillement du maquis ou écoute des émissions de Radio Londres, ces motifs étaient la raison toute trouvée pour une vengeance personnelle, rapportent tous les témoignages de l’époque.

Quelques jours après son mari Émile Dupraz, le 30 janvier 1944, Suzanne a été déportée à Ravensbrück, sous le matricule 27125. Dans le convoi qui l’a amenée dans ce camp de concentration pour femmes, Geneviève Anthonioz-de-Gaulle était avec elle. De cette période, « une amitié fidèle » entre les deux résistantes est née, comme en témoigne la dédicace de la main de la nièce du général de Gaulle sur un exemplaire du livre Des Français à Ravensbrück.

Suzanne est affectée le 13 juin au kommando de Zwodau, en République tchèque, dépendant du camp de Flossenbürg. Immatriculée 51793, elle a été forcée au travail afin de produire pour l’industrie.

Le 13 avril 1945, elle a fait partie de la colonne d’évacuation qui a été reprise le 22 avril. La libération du kommando a eu lieu le 7 mai 1945 par les Américains.

Suzanne est revenue à Scionzier dix jours plus tard, passant d’abord par le Lutetia, un hôtel parisien transformé en centre d’accueil des rescapés des camps de concentration. En vallée de l’Arve, elle a retrouvé son fils, Henri, alors âgé de 17 ans. Elle a repris en main, avec ce dernier, l’entreprise de son défunt époux. Suzanne est décédée en 1993.

(Mémorial pour l’oppression 3808 W 1510)

Arrestation du couple formé par Suzanne et Louis François Émile Dupraz, parents d’Henri, a « outré la population de Scionzier » rapporte un témoignage manuscrit de l’époque.

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !