Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Anthonioz-de Gaulle Geneviève

Résistante, déportée

Geneviève de Gaulle, née en 1920 dans le Gard, est la nièce du Général. En 1940, elle commence par manifester son refus de l'Occupation par des actions symboliques, en arrachant par exemple des affiches allemandes. Elle transporte notamment des plis en Espagne et contribue la mise en place d'un maquis en Haute-Savoie.

En 1943, elle rejoint le réseau clandestin « Défense de la France », puis devient membre du comité rédacteur de son journal. Ses articles sont signés de son pseudonyme, « Gallia ». Elle imprime et diffuse le journal d'abord dans une grande imprimerie située à la Sorbonne, puis rue de Sèvres à Paris. Le 14 juillet 1943, elle participe à une grande distribution de ce journal, sur le parvis de Saint-Christophe de Javel ; elle se fait arrêter le 20 juillet, interroger par la Gestapo et interner à Fresnes.

Elle est déportée à Ravensbrück le 2 février 1944. Le nom qu'elle porte lui vaut d'être placée en isolement dans le camp pour servir éventuellement d'otage, à partir d'octobre 1944.

Après la guerre, elle est membre, puis présidente de l'Association des Déportées et Internées de France (ADIR) et conseiller au ministère des Affaires culturelles. En 1987, elle témoigne lors du procès de Klaus Barbie. Par ailleurs membre du Conseil économique et social à partir de 1987, elle milite pendant de nombreuses années pour l'adoption d'une loi contre la grande pauvreté, ce qui fait écho à l'association qu'elle préside depuis 1964, ATD Quart Monde.

Le 27 mai 2015, Geneviève de gaulle fera son entrée au Panthéon avec Germaine Tillion, Pierre Brossolette et Jean Zay.

Geneviève de Gaulle-Anthonioz, une vie de résistanceGeneviève de Gaulle-Anthonioz présente au procès de Klaus Barbie à Lyon, le 10 juin 1987 où elle témoigne des pratiques criminelles nazies. Photo Archives Le Progrès

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !