Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Dupraz Louis François Émile

Né le 9 juin 1902, au hameau de Rovagny, à Scionzier (Haute-Savoie), il est le fils de Jean Auguste Dupraz, horloger, et de Alysse Amélie Louise Dumont, son épouse. Il est marié depuis le 24 avril 1920 avec Suzanne Gervex et habite Scionzier au moment de la déclaration de guerre.

Avec la Résistance, il devient sergent-chef à la compagnie 93-04 (F.T.P.F.) (Patrouille-Blanche (F.T.P.F). Il est arrêté, en même temps que son épouse Suzanne Dupraz, le 15 septembre 1943 à Scionzier, par la Gestapo renforcée de Feldgendarmes. Détenus dans un premier temps à Cluses, ils sont tous les deux incarcérés au Pax avant d'être envoyés au Fort Montluc à Lyon, puis à Compiègne. Le 17 janvier 1944,

Émile est déporté en Allemagne au camp de concentration de Buchenwald (matricule n°39 983), puis transféré il est ensuite transféré à Dora. Le 8 avril 1944, il est à nouveau transféré vers le camp de Bergen-Belsen.

Il décède « Mort pour le France » dans ce mouroir de Bergen-Belsen, le 14 juillet 1944. Louis Dupraz figure sur le monument aux morts de Scionzier avec le prénom unique d'Émile. Suzanne, son épouse, est déportée en Allemagne, à Ravensbrück (matricule n°27 125) et affectée au Kommando de Zwodau, dépendant du camp de Flossenburg, d'où elle revient le 17 mai 1945.

(Mémorial pour l’oppression 3808 W 1510)

Arrestation du couple formé par Suzanne et Louis François Émile Dupraz, parents d’Henri, a « outré la population de Scionzier » rapporte un témoignage manuscrit de l’époque.

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !