Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Né le 9 septembre 1924 à Amancy (Haute-Savoie), exécuté sommairement le 15 juin 1944 à Vieugy, ex-commune de Seynod, auj. Annecy (Haute-Savoie) ; cantonnier ; résistant dans les FTPF.

Marius Débiolles (écrit aussi Desbiolles par erreur) était le fils de François Marie, cultivateur à Amancy (Haute-Savoie), et de son épouse Célestine née Vidonne, ménagère. Restant dans la commune Mario devint cantonnier. Après la mort de son frère Auguste, tué au combat dans l’Aisne le 8 juin 1940, il décida de le venger.

D’abord intégré au camp Jean Moënne (Jean Moënne) de février à mars 1944, il rejoignit ensuite la compagnie 93-08 (F.T.P.F). En service commandé avec trois autres maquisards de la 93-08, il reçut pour mission le 26 mai 1944 d’exécuter deux dénonciateurs le docteur B… et mademoiselle B… Pour sa part, il exécuta sur le pont de Bonneville le docteur B…, mais il fut grièvement blessé – une balle lui traversa le poumon - par des G.M.R. du groupe « Jarrez ». Arrêté, il fut hospitalisé.

Une résistante surnommée la « Panthère noire », de son vrai nom Denise Gavard se fit passer pour sa femme et grâce à ce subterfuge, elle arriva à entrer dans l’hôpital d’Annecy et à repérer les lieux. Mais Mario fut transféré dans une salle plus étroitement surveillée, avec d’autres prisonniers. Sur la demande de Mario, Louis Saillet, blessé et détenu à l’hôpital, lui rendit visite.

Mario lui annonça qu’on lui avait dit qu’il allait être fusillé le lendemain et il lui demanda de faire avec deux autres copains une partie de belote. Le 3 juin 1944, six des huit maquisards qui devaient être délivrés purent l’être. Mais Marius Débiolles et Michel Davin étaient trop faibles pour pouvoir s’enfuir.

Marius Débiolles qui, d’après ses camarades, avait la volonté la plus inflexible et qui était le plus tenace, fut transporté sur une civière depuis l’hôpital jusqu’au camion qui l’emmena sur le lieu de son martyre. Arrêté par des Français, il fut passé par les armes par les Allemands le 15 juin 1944 à Vieugy (Seynod). (Mémorial pour l’oppression 3808 W ).

Marius Débiolles fut reconnu « Mort pour le France » le 24 juin 1945. Un monolithe de granit a été érigé en 1948, à Vieugy sur les lieux de l’exécution de 40 patriotes et un panneau explicatif a été dressé en 2004. Une plaquette récapitulative est disponible en mairie de Seynod. Son nom est gravé sur le monument aux morts d’Amancy à côté de celui de son frère Auguste.

Lieux de mémoire

Monument commémoratif

La Roche-sur- Foron — Monument des Résistants AS-FTP du canton

Monument commémorant les RésistantsAS-FTP du canton morts pour la France.

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !