Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Une stèle à la mémoire d’André Pricaz a été inaugurée

Stèle André Pricas St-Eustache - Les 78 ans de l’exécution d’André Pricaz ont été commémorés

75 ans après, une émouvante cérémonie a accompagné la mise en place d’une stèle commémorative hier.

«  Au matin du 6 juillet 1944, cinq jeunes de Bellecombes en Bauges, voisine de quelques kilomètres, ont fui devant les troupes nazies avides de représailles contre le maquis des Bauges   » expliquait Guy Pégatoquet qui a largement contribué à la réalisation de la stèle.

«  Surpris au-dessus du village de La Pierre, ces jeunes ont cherché leur salut par la fuite. Alexis Mugnier-Pollet, Louis Lachenal, Maurice Dussolier ont trouvé un refuge miraculeux dans ce caniveau de 50cm de diamètre. Albert Pricaz a fui par le ruisseau. André Pricaz lui, fut pris et sauvagement torturé, et assassiné sur le pré au dessus.   »

Marcel Pricaz, neveu de “Dédé”, témoigne au micro, la voix étranglée par l’émotion : «  Ce jour-là, j’avais 8 ans, avec un camarade, nous avons suivi à distance les hommes partis du Villard, avec leur musette et des victuailles. Puis, nous avons rebroussé chemin. Peu d’instants après, une personne annonce à la maison le drame de La Pierre. Ce drame, les flammes de deux maisons et une grange incendiée ont marqué à jamais mon cerveau d’enfant.   »

Ce même jour, à École en Bauges, les troupes allemandes ont exécuté le maire âgé de 72 ans, accusé de n’avoir pas retenu ses jeunes qui prenaient le Maquis. Ils ont massacré 12 jeunes hommes ; trois d’entre eux avaient 16 ans. Des commémorations sont prévues à Bellecombes le 7 juillet.

Claudie FAVIER, Article du 7 juil. 2019
Stèle commémorative

Saint-Eustache — Stèle commémorative André Pricaz

André Pricaz, réfractaire au STO, avait rejoint le maquis. Le 4 juillet 1944, les Allemands attaquèrent dans les Bauges.

En mémoire de

André PRICAZ