Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Massacre du château à Habère-Lullin : pourquoi il ne faut pas oublier

Massacre du château à Habère-Lullin : Bernard Neplaz aux côtés de René Perrissin, qui a souhaité que cette mémoire devienne l’espoir d’un monde en paix

Le Souvenir français et les associations d’anciens combattants ont honoré la mémoire des victimes du massacre du château, perpétré pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce dimanche 18 décembre s’est déroulée la 79e commémoration de la tragédie d’Habère-Lullin au monument aux morts.

Dans la nuit du 25 au 26 décembre 1943, une troupe de soldats allemands perpétrèrent un massacre, occasionnant la mort de plusieurs dizaines de jeunes hommes ainsi que d’autres en déportation.

Par devoir de mémoire, l’assemblée était venue nombreuse, le préfet et le sous-préfet s’étaient joints aux élus départementaux et locaux pour partager ce souvenir.

René Perrissin, le maître de cérémonie a donné la parole aux élèves de l’école primaire qui ont lu un poème amérindien émouvant relatant les différentes émotions que la guerre provoque.

Ils ont déposé une bougie à la mémoire de chacune des 30 victimes dont le nom a été cité. Ils ont eu une pensée particulière aux survivants blessés dans leur chair et leur âme et à Henri Jacquemard, dernier survivant de cette soirée qui n’a pu pour la première fois être présent.

« L’oubli du passé peut avoir de terribles conséquences »

Bernard Neplaz, fils de résistant, ancien instituteur, passeur de mémoire du Comité résistance et déportation de Haute-Savoie a délivré un message fort. « Beaucoup de nos concitoyens, mal ou pas informés, pensent que ces événements tel que celui qui nous rassemble aujourd’hui, appartiennent à un passé lointain, sans intérêt pour les jeunes générations. Hélas, l’actualité est là, nationale, européenne, mondiale, qui nous montre que l’oubli du passé peut avoir de terribles conséquences pour des lendemains qui ne chanteront pas. »

Bernard Neplaz a salué également la parution du livre Ils n’iront plus au bal réalisé par les élèves du collège de Saint-Pierre-d’Albigny en Savoie, sous la direction de Karine Verbois, présente parmi l’assemblée.

Puis il a donné la parole au poète maquisard Pierre Barone par la voix de Philippe Garin, rappelant comment, avec ses camarades maquisards, ils apprirent la terrible nouvelle, après avoir célébré Noël au maquis, dans un chalet au-dessus de Saint-Jean-d’Aulps.

Après les allocutions des élus, les quatre dépôts de gerbes et les moments de recueillements, le maire Laurent Desbiolles a conclu cette cérémonie sur une note optimiste. « Cet équilibre, ce chemin vers la paix, de grands hommes d’État allemands et français ont su les trouver, ils ont su se tendre la main, ils ont su se parler et s’écouter. Grâce à cette volonté nos deux pays, autrefois ennemis, sont aujourd’hui en paix et sont le socle d’une Europe de l’Ouest apaisée et stable. Espérons que cette belle réconciliation serve d’exemple. »

M.-J.B., 19 décédé. 2022
Lieu de mémoire en lien avec Massacre du château à Habère-Lullin : pourquoi il ne faut pas oublier
 Monument  Tragédie du Château

Monument Tragédie du Château

Détail

Dans la nuit du 25 au 26 décembre 1943, des SS massacrèrent 25 résistants et civils, parmi lesquels de nombreux réfractaires au STO, réunis dans le château pour un bal. D’autres furent déportés, sans retour pour six d’entre eux.

Lieu : Habère-Lullin

Massacre du château à Habère-Lullin : pourquoi il ne faut pas oublierMassacre du château à Habère-Lullin : pourquoi il ne faut pas oublierMassacre du château à Habère-Lullin : pourquoi il ne faut pas oublierMassacre du château à Habère-Lullin : Bernard Neplaz aux côtés de René Perrissin, qui a souhaité que cette mémoire devienne l’espoir d’un monde en paix