Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Film sur la libération de la ville de Cluses, “Les derniers témoins” se souviennent

Film su la libération de Cluses : Paul Gerdil et François Rossignol ont combattu ensemble sous les ordres d’Alexandre Poplavsky. Ils ont confié leurs souvenirs à Jean-François Bocquet et à Paul Morin

À l’occasion du 70e anniversaire de la Libération de la ville, Jean-François Bocquet sort un film. Revenir sur les événements qui se sont produits entre le 14 et le 18 août 1944 pour la libération de Cluses. Faire revivre ces moments historiques via des témoins mais aussi via des gens en ayant été les acteurs. Voilà le thème du film de Jean-François Bocquet “Les derniers témoins”. Et, avec Paul Morin, un ami de 20 ans, ils se sont attelés à les trouver, ces derniers témoins.

Paul Morin effectue un travail de recherche et une vingtaine de personnes, dont le plus jeune avait, à l’époque, sept ans, leur livrent leurs souvenirs. Petit à petit. Il faut mettre en confiance. Raviver les souvenirs. Aiguiller. « Des fois, certains n’ont pas voulu témoigner car ils ne peuvent pas dire ce qu’il s’est passé » raconte Paul Morin. Et Jean-François Bocquet de poursuivre : « Parfois, quand la caméra se coupe, les langues se délient ».

Se livrer devant une caméra : un exercice parfois difficile

Beaucoup ont accepté de livrer leur vision des événements. « Nous ne sommes pas là pour manipuler l’Histoire et dans le film il n’y a aucun commentaire », insistent les deux hommes. Parfois, pour un même fait, il y a plusieurs versions « mais je n’interviens pas là-dessus, c’est aux gens d’aller au-delà », détaille Jean-François Bocquet, rappelant qu’il est journaliste et non historien.

Parmi toutes ces rencontres, ce qui a frappé Paul Morin et Jean-François Bocquet, c’est l’humilité des personnes qui ont pris part aux événements mais également leur sincérité. Pendant un an, ils ont écouté. Jean-François Bocquet a pris des notes. Filmé. Pour arriver à collecter 20 heures d’enregistrement.

Un film d’une quarantaine de minutes

Vingt heures qu’il a fallu écouter. Réécouter. Monter pendant près de 200 heures. Pour arriver à obtenir un film d’une quarantaine de minutes. Une quarantaine de minutes pour découvrir l’histoire de la Libération de la ville de Cluses. Une quarantaine de minutes pour que les jeunes générations, celles qui n’ont pas connu la guerre, n’oublient pas ce qu’il s’est passé. Et pour qu’elles transmettent ce patrimoine à celles qui suivront.

Jean-François Bocquet a réalisé plus d’une centaine de films sur des sujets variés ayant notamment trait à l’humanitaire. Cet ancien directeur de Canal C, aujourd’hui à la retraite, collabore avec TV8 Mont-Blanc. Il est le président du Souvenir français du canton de Cluses depuis mars dernier. La date de la projection n’est pas encore fixée mais elle devrait se dérouler aux Allobroges, avec le soutien de la mairie de Cluses et du Souvenir français de Cluses et de Scionzier. Des séances sont prévues pour les scolaires. Les participants recevront un DVD du film et une distribution devrait également avoir lieu dans les collèges et les lycées.

En novembre 2013, Jean-François Bocquet et Paul Morin découvrent, lors d’une projection, des images qu’ils ne connaissaient pas. Il s’agit d’un document filmé de la libération de Cluses. À force de recherches, ils arrivent à savoir que c’est René Thabuis, membre de l’armée secrète, qui habite sur la place des Arcades, qui a filmé les scènes après les combats. Un autre film, toujours de René Thabuis, est retrouvé. Il semble montrer le défilé du 8 mai 1945. « Il nous est apparu que nous ne pouvions pas rester propriétaires de ces images » précisent-ils. Le jour de la projection, ils seront remis au maire de Cluses, Jean-Louis Mivel.

Ce projet de film a vu le jour, il y a deux ans, quand Jean-François Bocquet et Paul Morin se sont demandés comment évoquer le 70e anniversaire de la Libération. « Ce n’est pas plus mal, on ne travaille pas dans l’urgence » souligne le réalisateur.

Paul Morin soumet alors l’idée de placer ce film sous l’égide du Souvenir français local. Comme les événements majeurs se sont passés à Cluses, Scionzier, Marnaz et Vougy, les deux amis rencontrent les présidents du Souvenir français du canton de Cluses et celui de Scionzier. En 2012, André Gouvernon et Jean-Pierre Caux donnent leur accord.

Puis lors d’une réunion informelle, leur vient l’idée d’organiser plusieurs événements autour de cet anniversaire : expositions, conférences, films… D’ailleurs en mai 2013, le film “Sur l’enfer de Buchenwald et Dora” avec Lucien Colonel, est diffusé.

Le film : Les derniers témoins se souviennent

Julie BATAILLON-PICCARRETA, Article du 4 juin 2016
Film sur laibération de Cluses : Paul Morin et Jean-François Bocquet travaillent sur le projet depuis deux ans. Aujourd’hui, le film est terminé.