Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Verley Patrick Gérard Pierre

Il naît à Lambersat (Nord) le 22 mai 1924, fils de Jean Alexandre Verley, banquier à Lille, et de Françoise Marie Caroline Vallaert. La famille habite 13 boulevard Vauban, à Lille. Il est encore étudiant à Lyon (30 rue de la Charité, précise sa carte d'identité trouvée sur lui) lorsqu'il décide, réfractaire au S.T.O., de gagner le maquis.

Faisant partie du Maquis des Confins (La Clusaz), il est tué lors de l'attaque du camp par un fort détachement italien du 20e Alpini, monté d'Annecy le 20 août 1943. Ce détachement aux ordres du commandant Molinari est renforcé d'un appui mortiers. Curieusement le chef de la délégation spéciale, Sylvain Clavel, précise sur l'acte de décès: « Le 20 août 1943, 19 heures, est décédé des suites d'un accident, au lieudit « les Confins » Patrick Verley… »

Dans un jugement rectificatif (La Clusaz 12/1946), qui précise son identité exacte, on peut lire qu'il est « mort au combat contre les troupes italiennes ». (Mémorial pour l’oppression 3808 W 1419).

Il est déclaré « Mort pour le France » le 21 août 1946 et il reçoit à titre posthume la Médaille de la Résistance le 11 mars 1996. Une plaque a été apposée sur la façade de la chapelle des Confins et depuis 2003, un panneau explicatif a été dressé à l'entrée du chemin de la Lombarde. D'autre part une plaque de bronze l'associe à Jacques Marchand sur le monument aux morts de La Clusaz.

Lieux de mémoire

Plaque commémorative

La Clusaz — Plaque de la Chapelle des Confins

Cette plaque apposée sur la façade de la chapelle des confins qui commémore les deux maquisards tué lors de l'attaque du [maquis]maquis des Confins[/maquis] le 20 août 1943 par les Italiens. Ils furent prévenus de l'attaque par des habitants de La Clusaz et se dispersèrent. Cependant, encerclés et mal armés, tous ne purent pas s'échapper. 2 furent blessés, 2 tués et 23 faits prisonniers. Les blessés et les tués furent laissés sur place par les Italiens tandis que les prisonniers furent envoyés au camp de concentration d'Oron (Alpes Maritimes).

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !