Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Né le 20 juin 1922 à Ludwigshafen, en Allemagne, il est le fils de Pierre Marchand, soldat en occupation outre-Rhin, et de Marcelle Hote. Célibataire, il est étudiant en théologie et habite 29 rue du maréchal Fayolle, à Marseille. En 1943, il est astreint au S.T.O.

Devenu réfractaire, il gagne alors la Haute-Savoie et on le retrouve dans le maquis des Confins (La Clusaz) dans l'été 1943. Il est tué lors de l'attaque du camp par un fort détachement italien du 20e Alpini, monté d'Annecy le 20 août 1943.

Ce détachement aux ordres du commandant Molinari est renforcé d'un appui mortiers. Jacques Marchand et son groupe sont de garde. Jacques tombe au premier engagement (plaques et panneau explicatif aux Maquis des Confins). Enregistré sous l'acte n°12 de la commune de La Clusaz, Sylvain Clavel président de la délégation spéciale écrit à son sujet : « …l'identité a pu être établie par une photographie auprès du défunt. Le signalement est le suivant : âgé d'environ 22 ans; taille : un mètre soixante-dix, cheveux bruns foncés ondulés, revêtu d'un short et d'une chemise sans veste. »

Il est inhumé dans le cimetière de La Clusaz. Son corps est ensuite transféré dans Nécropole militaire nationale de Morette, tombe n° 47. Il est déclaré « Mort pour le France » le 2 juillet 1946. Il reçoit la Médaille de la Résistance le 11 mars 1996 et son nom est inscrit à la fois sur le monument aux morts de La Clusaz et sur le Mur du souvenir élevé à l'entrée de la nécropole de Morette.

SOURCE : Mémorial 1939-1945 de la seconde Guerre mondiale en Haute-Savoie — Michel Germain

Lieux de mémoire

Monument aux morts

La Balme-de-Thuy — Mur du Bataillon des Glières

Monuments aux morts de la Nécropole de Morette. Créé dès avril 1944 pour inhumer les résistants morts au combat, ce cimetière est reconnu en 1949 « Cimetière Militaire national ». En 1984, il devient une Nécropole nationale désormais gérée par l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre. Le mur comporte 151 noms de résitant morts lors des combats des glières.

Plaque commémorative

La Clusaz — Plaque de la Chapelle des Confins

Cette plaque apposée sur la façade de la chapelle des confins qui commémore les deux maquisards tué lors de l'attaque du [maquis]maquis des Confins[/maquis] le 20 août 1943 par les Italiens. Ils furent prévenus de l'attaque par des habitants de La Clusaz et se dispersèrent. Cependant, encerclés et mal armés, tous ne purent pas s'échapper. 2 furent blessés, 2 tués et 23 faits prisonniers. Les blessés et les tués furent laissés sur place par les Italiens tandis que les prisonniers furent envoyés au camp de concentration d'Oron (Alpes Maritimes).

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !