Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

France — Dernier dimanche d'avril : journée du Souvenir des victimes de la déportation

Livre : Mémorial de la Déportation. Haute-Savoie 1940-1945

Les événements

En Haute-Savoie, entre 1941 et août 1944, 1237 personnes arrétée ont été déportées dans des camps entre août 1942 et juin 1944. La moitié n'est pas revenue.

La plupart des déportés sont partis pour Buchenwald, Dora, Dachau, Flossenbürg, Mauthausen, Neuengamme ou Ravensbrück, mais aussi pour les prisonniers de Neue-Bremm ou de Fossano en Italie, ou condamnés aux travaux forcés à Dresde et Leipzig.

Composée aux deux tiers de déportés résistants, la déportation au départ de Haute-Savoie connait les mêmes taux de mortalité que ceux de la France. Sur les 853 déportés résistants politiques, 342 sont morts en déportation soit (40%) quand aux déportés Juifs ils sont décédés à 95%.

Hormis Auschwitz-Birkenau, le camp qui engloutit le plus de Haut-Savoyards est Flossenburg (64 morts) juste devant Mauthausen (60 mort) . Il conviend d’ajouter près de 200 Juifs refoulés par les autorités helvétiques et envoyés à Rivesaltes ou Gurs après internement à la Maison d’arrêt d’Annecy.

La journée nationale du souvenir
des victimes de la déportation honore
la mémoire de tous les déportés
et rend hommage à leur sacrifice.

Le dernier dimanche d'avril est chaque année dédié à la célébration de la mémoire des victimes de la déportation dans les camps de concentration et d'extermination nazis lors la seconde guerre mondiale.

Cette date a été retenue en raison de sa proximité avec la date anniversaire de la libération de la plupart des camps, et parce qu'elle ne se confondait avec aucune autre célébration nationale ou religieuse existante.

Instaurée par la loi du 14 avril 1954, cette journée nationale honore la mémoire de tous les déportés sans distinction et rend hommage à leur sacrifice. Elle a pour vocation de rappeler à tous ce drame historique majeur, les leçons qui s'en dégagent, pour que de tels faits ne se reproduisent plus.

En 1945, les déportés rescapés retrouvaient la liberté tandis qu'était révélée au monde l'horreur des crimes commis dans les camps de concentration.

L'univers concentrationnaire s'est écroulé en mai 1945, suite à l'effondrement du régime nazi. Les libérateurs alliés et l'opinion publique prirent conscience du système gigantesque mis au point par les nazis pour éliminer résistants, syndicalistes, opposants au régime et simples civils, et pour exterminer les juifs et les tziganes. Les camps ont été l'application la plus absolue de l'idéologie nazie.

Les atrocités ont été telles que la communauté internationale dut trouver de nouveaux mots pour les dénommer et les punir : "crimes contre l'humanité".

Après la libération des camps par les troupes alliées, des milliers de déportés mourront encore d'épuisement physique et moral. La tâche pour les rapatrier était gigantesque et le ministère des déportés et réfugiés de France avait préparé un dispositif pour leur retour.

Vidéo

Témoignage de Roger Lugon Moulin
Matricule 75767 DACHAU

Lucien Colonel, matricule KLB9777
voyage 60 ans après à Buchenwald-Dora

Lieux de mémoire

commemoration  Stèle à la mémoire de la résistance

Stèle à la mémoire de la résistance

Bonneville • 27 mai 1943

commemoration  Stèle déportés et fusillés  1939-1945

Stèle déportés et fusillés 1939-1945

Ville-la-Grand • 8 mai 1945

commemoration  Mémorial des déportés du Giffre

Mémorial des déportés du Giffre

Marignier • 1 avril 1944

commemoration  Stèle de la croix blanche

Stèle de la croix blanche

Saint-Eustache • 31 décembre 1943

commemoration  Stèle de l'Église

Stèle de l'Église

Saint-Eustache • 31 décembre 1943

commemoration  Plaque de la place du 31 décembre 1943

Plaque de la place du 31 décembre 1943

Saint-Eustache • 31 décembre 1943

commemoration  Plaque Saulnier Flora

Plaque Saulnier Flora

Anthy-sur-Léman