Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation

Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation - Avril 2023

Le dernier dimanche d'avril est chaque année dédié à la célébration de la mémoire des victimes de la déportation dans les camps de concentration et d'extermination nazis lors la Seconde Guerre mondiale. Des actions sont mises en œuvre avec les fondations et les associations de mémoire. Cette journée est l'occasion de sensibiliser les élèves au monde de l'internement et de la déportation.

Cette édition 2023 se déroule sur le site de l’ancien camp de concentration Natzweiler-Struthof (bas Rhin). Cela est fait en concertation avec les acteurs locaux et le monde associatif combattant, et avec la volonté appuyée de délocaliser les journées nationales de commémoration dans les hauts lieux de la mémoire nationale, au profit des territoires.

Suivez la cérémonie en direct — Le 30 avril à 15H30

Un peu d'Histoire…

Le nombre de déportés de France dans les camps de concentration ou lieux de mise à mort nazis, au cours de la Seconde Guerre mondiale, est estimé à plus de 150 000 personnes, dont des victimes de mesures de répression (principalement des politiques et des résistants) et des mesures de persécution (près de 75 000 juifs et tziganes). Au total, plus de 100 000 déportés partis de France disparaissent. Avec la libération des camps, puis le retour des premiers survivants, le monde entier mesure l'ampleur de la Déportation et de son horreur.

Dès le début des années 1950, les anciens déportés et les familles de disparus expriment le souhait de voir inscrire, dans le calendrier des commémorations nationales, une date réservée au souvenir de la Déportation. C'est ainsi que la loi du 14 avril 1954 consacre le dernier dimanche d'avril au souvenir des victimes et des héros de la Déportation. Cette date est retenue en raison de la proximité avec l'anniversaire de la découverte de la plupart des camps, sans se confondre avec aucune fête ou célébration, nationale ou religieuse, existante.

Un lieu de mémoire et de médiation

Le Centre européen du résistant déporté (CERD) : Inauguré le 3 novembre 2005 par le président de la République française, Jacques Chirac, le CERD rend hommage à ceux qui, partout en Europe, ont lutté contre l'oppression. Il est le vecteur de l’histoire et de la mémoire de la Déportation et des résistances européennes.

Un lieu de mémoire et de médiation - Le Centre européen du résistant déporté (CERD)

Conçu comme un lieu d'information, de réflexion et de rencontre, le Centre européen du résistant déporté est une introduction à la visite du camp lui-même. Il est bâti sur un socle historique, la Kartoffelkeller, cave en béton armé de 110 m de long et 20 m de large, construite par les déportés en 1943.

Avec ses 2 000 m2 de surface d'exposition, il présente à travers des salles pédagogiques, des projections de films, des expositions temporaires, permanentes ou artistiques, l'histoire des résistances qui, dans toute l'Europe, se dressèrent contre la domination fasciste et nazie.

Géré par l'ONACVG (Office national des combattants et victimes de guerre), le CERD accueille 200 000 visiteurs par an, dont 100 000 scolaires. Il est un lieu de mémoire et de médiation important.

Le camp Natzweiler-Struthof

Haut lieu de la mémoire nationale, l’ancien camp de concentration du Natzweiler-Struthof, sous la responsabilité du ministère des Armées, perpétue la mémoire des évènements passés et incarne le système concentrationnaire nazi sur le territoire français, dont il est le seul exemple.

La visite du site se compose de 3 parties :

  • Le camp, dont les vestiges historiques, les baraques «   prison    » et «   crématoire    » se visitent, ainsi que la chambre à gaz 1,5 km plus bas.
  • Le mémorial, avec ses plus de 40 mètres de haut, abrite le caveau du déporté inconnu et 14 urnes renfermant la terre et les cendres d’autres camps de concentration.
  • La nécropole, qui rassemble 1 118 tombes de Français, hommes et femmes, morts en déportation.

Actualité et programmation

La mission de médiation du CERD, l’amène à proposer une programmation riche, ouverte à tous les publics et tout au long de l’année. C’est une place du tourisme de mémoire qui sort parfois de ses murs pour se faire rencontrer chercheurs, passeurs de mémoire, artistes autour des thèmes qu’il porte.

En 2023, le CERD se lance dans le podcast pour donner plus de voix à son passé avec une série documentaire dédiée à l'histoire du Konzentrationslager Natzweiler. Chaque épisode propose d’explorer les différentes facettes d’un site complexe et éclaté, dont le passé entre en résonance avec nos sociétés contemporaines. À la fois comme rempart contre les dérives extrémistes, et comme passerelle vers une citoyenneté investie et éclairée. Les deux premiers podcasts présentent les origines du camp de concentration de Natzweiler-Struthof et les missions du CERD.

Vidéos

Lucien Colonel, KLB9777, voyage de la mémoire 60 ans après

Roger Boulanger, jour de Noël 1943 au Struthof à Natzweiler]

Pierre Rolinet est le dernier résistant vivant en Franche-Comté.