Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Bernex - Le village s’est souvenu du 17 décembre 1943

Michèle Alborini (née Dutruel), ici à gauche du maire, avait 15 ans lors du massacre perpétré il y a 75 ans à Bernex. « Habitant en face du champ où ont été fusillés les cinq résistants, nous avons été témoins du drame. Ce fut très dur », témoigne-t-elle

Dimanche, une cérémonie émouvante a réuni du monde autour de la plaque commémorative des Allobroges puis au monument aux Morts : élus locaux, départementaux et régionaux, AFN, Anacr, en mémoire du 17 décembre 1943.

À partir de septembre 1943, l’armée allemande occupe la Haute-Savoie. Un état-major [ftp] s’installe à Féternes. Bernex est un lieu idéal pour la Résistance. Le défilé interdit du 11-Novembre 1943 qui s’y déroule, est un véritable outrage et une humiliation pour les nazis. Alors, le 17 décembre, guidés par des miliciens, 500 soldats ennemis lourdement armés encerclent le village. Ils torturent trois heures durant cinq prisonniers qu’ils fusilleront après : Attilio Dal Toso, Albert Dantand, Pierre Guérin, Pierre Long et Pierre Thomas.

Après avoir pillé et incendié des bâtiments, ils emmènent des otages, relâchés plus tard, dont le maire André Jacquier, le boulanger Xavier Birraux… Il y aura aussi la rafle du 20 mai 1944 en Pays de Gavot, où à Bernex sont fusillés Joseph Buttay, Paul Seydoux et Ferdinand Roch.

Après le discours de l’ANACR 74 rappelant le devoir de mémoire et la vigilance de mise face aux dérives menaçant la paix, Pierre-André Jacquier, maire, a souligné l’engagement des héros discrets morts pour la liberté et la France.

E.G., Article du 18/12/2018