Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

1939-1945 : Quand le Foron devient un chemin de mémoire

Foron chemin de mémoire

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la rivière frontalière a été déterminante dans le passage de réfugiés en Suisse. Un chemin mémoriel le long de la commune de Thônex et à Gaillard rappelle cette histoire et les héros qui ont permis de sauver des milliers de vies.

Un soir de printemps 1944, le douanier Charles Dornier entend d’étranges bruits près du Foron. Une jeune fille hisse des enfants par le bras pour leur faire traverser la rivière. Ce soir-là, avec un collègue, le douanier de Thônex en recueillera une vingtaine. Il frisera le tribunal militaire pour les avoir amenés au campement militaire voisin. Voici l’une des histoires racontées sur les onze bornes ins4ées le long du Foron, sur la commune de Thônex et celle de Gaillard. Un chemin mémoriel pour rappeler l’importance stratégique de la zone dans le passage en Suisse de résistants, juifs et autres réfugiés fuyant les persécutions nazies et pour ne pas oublier les héros passeurs et résistants qui ont sauvé des milliers de vies.

Deux ans de travail dans les archives

Lors de l’inauguration du chemin ce jeudi 12 mai, Marc Kilcher, maire de Thônex, n’a pas manqué de saluer le travail de recherche de Claire Luchetta. L’ancienne députée genevoise et spécialiste thônésienne de la période s’est lancée il y a deux ans dans ce projet, avec l’aide de l’historien Christophe Vuilleumier. Un exceptionnel travail de recherche freiné par la Covid. « Il était impossible pour nous d’aller dans les archives lors de la pandémie, mais nous nous sommes débrouillés en faisant les demandes par téléphone », raconte-t-elle, très touchée par l’inauguration de ce passage de témoin « aux nouvelles géné

rations mais aussi aux habitants de longue date de la région ». Comme son amie, l’historienne genevoise Ruth Fivaz-Silbermann qui a récemment publié un ouvrage de référence sur la fuite des juifs en Suisse, Claire Luchetta réalise un essentiel travail documentaire sur une histoire qui baigne de son souvenir tous les villages frontaliers.

Hommage aux héros

Le long des six kilomètres de frontière partagée par Thônex avec la France (la commune compte cinq postes-frontières, un record en Suisse), les écriteaux nous racontent l’histoire de Lucien Mas, contrôleur des douanes à Moillesulaz, qui fait discrètement passer par le café Pérriard les réfugiés transis de froid après leur traversée du Foron. Les organisations de résistance comme l’OSE (Œuvre de secours aux enfants) feront passer par ces chemins clandestins plus de mille enfants juifs. On découvre également le courage de Marguerite Hediger, surveillant le Foron depuis sa maison qui sert de point de passage pour les renseignements suisses et français. Elle ouvre ses volets lorsqu’il n’y a pas de danger, les ferme en présence de soldats allemands. Arrêtée et torturée à la prison du Pax à Annemasse, elle ne dira rien. Elle survivra à son camp de travail à Dresde et au bombardement des Alliés.

Le Foron sera aussi au centre d’un important trafic de contrebande où s’échangent, entre Suisse et France, sucre, tabac, beurre…

De la douane de Pierre-à-Bochet au chemin de La Craz, le chemin de mémoire compte pour l’instant onze bornes mais le but du projet est aussi de donner l’idée aux autres communes pour étendre et poursuivre cette ligne du souvenir.

Michaël NAULIN, Article du 14 mai 2022