Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Pierre Lamy, le droit à désobéir

Pierre Lamy, le droit de désobéir

« Il s’avère que, dans certaines circonstances, le droit à désobéir l’emporte sur l’obligation d’obéir. » C’est le message que Michel Béal, maire de Saint-Jorioz, a fait passer aux autorités civiles et militaires, aux élus et au public rassemblés en mémoire de l’assassinat de Pierre Lamy par les nazis.

Dans son discours ce lundi 18 juillet, Michel Béal a relaté la vie de Pierre Lamy ce résistant torturé puis assassiné dans un bois à Saint-Jorioz, sur la route du col de Leschaux, le 18 juillet 1944, un mois avant la libération d’Annecy. Il n’a pas parlé.

Cet instituteur né en 1909 est devenu sous-lieutenant de réserve après avoir fait l’école de Saint-Cyr. Il devient le premier inspecteur du travail de Haute-Savoie en 1937. Il entre dans la résistance en 1941 et fait le maximum pour empêcher l’envoi des jeunes au STO (Service du travail obligatoire) en Allemagne. Il assurait les liaisons entre les chefs de section et diffusait des tracts et des journaux.

Le rapprochement entre l’invasion et la barbarie allemande avec les événements récents en Ukraine a été clairement dénoncé par Michel Béal.

La disparition récente de Fred Viart fut aussi abordée et la présence de Josette, sa femme, a aussi été saluée.

Après l’hymne national, le chant des partisans et les Allobroges furent repris par grand nombre de personnalités et le public.

Pour terminer cette cérémonie, le traditionnel verre de l’amitié a rassemblé tout le monde à l’auberge du Semnoz.

A.C, Article du 19 juillet 2022
Stele Pierre Lamy à ST-Jorioz — Texte explicatif de la vie de ce résistant