Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Le collège Arthur Rimbaud en lice pour le Prix André Maginot

Le collège Arthur-Rimbaud de Saint-julien-en-Genevois en lice pour le Prix André Maginot

Pour entretenir le devoir de mémoire, le collège Arthur Rimbaud s’est mobilisé autour d’un projet pédagogique.

À l’aune de la commémoration du 18-Juin, le collège Arthur Rimbaud a reçu la visite de Francis Barbier et Philippe Ricœur, représentants départementaux respectifs de la Fnam 01 (Fédération nationale André Maginot) et du Souvenir français 74.

Seule l’éducation peut permettre d’expliquer la richesse de la diversité du genre humain

Ils sont venus pour la clôture du projet pédagogique qui a réuni 54 élèves de la classe de 3e histoire et géographie, sur le thème “Se souvenir pour lutter contre les discriminations”. Ce projet, sélectionné par les deux organismes pour le Cnam, a reçu un prix de 1 500 EUR à l’occasion de la restitution. Il a été initié et conduit par Sophie Reculin professeur d’histoire-géographie avec l’appui de ses collègues du collège : Céline Dubeuf, Françoise André, Alice Lanz et Cécile Hans-Vautherot.

Francis Barbier, réserviste et administrateur régional de la Fnam01, a rappellé ce qu’est le Prix de la mémoire et du civisme André Maginot. Afin de promouvoir son programme d’action " civisme et jeunesse ", la Fédération a créé, en 1993, un Prix national de la mémoire et du civisme André Maginot. Il est destiné à récompenser les meilleurs récits ou comptes rendus de visites sur des hauts lieux historiques, en France ou à l’étranger. Il peut s’agir de devoirs collectifs ou individuels ou de poèmes rédigés par des élèves des écoles…

« Après avoir entendu les textes émouvants lus par les élèves qui retracent malheureusement le contexte où les gens ont souffert, la commission d’actions civiques de la Fnam a, dans un premier temps, accordé une subvention pour financer le voyage pédagogique. Le collège Arthur-Rimbaud a été sélectionné au niveau du département pour concourir au Prix national André Maginot. Ce prix récompense les meilleurs récits et comptes rendus faits à l’issue de l’expérience vécue d’un voyage sur les sites où se sont déroulés les grands conflits. C’est au printemps 2024 que nous connaîtrons les lauréats.»

Pour Philippe Ricœur (Souvenir Français 74) « l’objectif de ce prix est que tout élève puisse expérimenter un voyage mémoriel. La discrimination est un sujet vieux comme le monde mais hélas, toujours d’actualité. Il puise ses racines dès le plus jeune âge et est soumis à deux forces contradictoires. L’adolescence est particulièrement concernée avec le besoin d’appartenance à un groupe mais aussi le besoin de différenciation, de critique voire d’exclusion d’autrui. Ces deux ressorts s’opposent ce qui peut finir par une violence physique ou psychologique et in fine l’insoutenable, la mort. C’est ce que ces élèves ont pu approcher lors de leur visite des camps à Auschwitz. Ces discriminations qui prennent aujourd’hui de multiples formes sont multipliées par les nouvelles technologies. Les exemples récents de nombreux jeunes persécutés, sont des échecs patents de notre société. Seule l’éducation dans toutes ses dimensions au sein des familles, des associations et des établissements scolaires, peut permettre d’expliquer la richesse formidable de la diversité du genre humain et donc la place de chacun dans le collectif.»

Une visite des camps

Autre thème abordé par les élèves, l’antisémitisme pendant la Seconde Guerre mondiale. Les élèves ont ainsi découvert la lutte engagée de certains écrivains. Le travail a été préparé durant toute l’année scolaire avec Françoise André, professeur documentaliste et référente culture du collège. À l’issue de ce travail, un voyage a été organisé sur les sites des camps de concentration d’Auschwitz-Birkenau. Cette immersion des élèves dans les textes littéraires des écrivains engagés a fait l’objet en interne, d’une exposition des carnets de voyage présentant le ressenti des collégiens dans ces lieux de mémoire de l’histoire, inscrits au patrimoine de l’Unesco.

« Ce projet pédagogique d’histoire-géographie de 3e étudie l’histoire contemporaine en lien avec celui de français. On a travaillé notamment sur des textes d’écrivains qui ont pris position pendant la guerre, parmi lesquels Marianne Cohn, Primo Lévy, Fred Ulhman », rappelle Sophie Reculin.

« Ce projet compte dans la moyenne de l’année avec une évaluation pour les élèves de 3 sur la compétence de l’engagement dans la lutte contre les discriminations. Il comportait un voyage de 5 jours en Pologne, de Cracovie à Auschwitz, rendu possible par l’engagement et le soutien financier de l’association des parents d’élèves, du ministère des Armées et de l’Inspection académique. Ce fut un voyage marquant tant pour les élèves que les professeurs. »

Lise Benoit-Capel, Article du 20 juin 2023