Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Né le 24 octobre 1910 à Dusseldorf (Allemagne), fusillé le 5 mai 1944 à Annecy (Haute-Savoie) par les GMR groupes mobiles de réserve ; résistant FFI.

apatride d'origine allemande, Hugo Schmidt était le fils de Jacob et de Gertrude Lotz. Antinazi, il fuit l’Allemagne hitlérienne et se réfugia en Belgique. Puis, il combattit en Espagne dans les rangs des Brigades Internationales. Après la victoire de Franco, il vint en France avec les Espagnols républicains, intégré dans un Groupe de Travailleurs Étrangers, grâce à ses faux papiers.

Il était au 517e G.T.E. comme bûcheron du côté de Doussard. Il vécut là avec sa femme et ses enfants. Il fut ensuite, le 30 septembre 1942, envoyé à Entrevernes pour travailler dans la mine d’anthracite, puis à Doussard, où il rencontra Manuel Corps-Maldera. Il fit vraiment partie du groupe des Espagnols et, sous le nom de Gonzales Ugo, il était à la ferme du Clus à Nâves, à partir du 11 novembre 1943. Il monta sur le Plateau des Glières avec le groupe Navarro, le 2 février 1944. Il appartenait alors à la section qui regroupait les Espagnols, la section Ebro.

Son but étant de passer en Suisse, il quitta le Plateau des Glières le 24 mars 1944, profitant d’un bombardement d’artillerie sur le secteur de Monthièvret. Il partit avec deux Espagnols et deux Français. Ils restèrent tous cachés jusqu’au lundi 27. Mais ayant décidé de poursuivre leur route, ils furent arrêtés par les G.M.R., à Villaz et internés au quartier Dessaix, à Annecy.

Il fut condamné à mort, le 4 mai 1944, par la Cour martiale de l’État français qui siégeait à la maison d’arrêt d’Annecy. Dans la cour, onze cercueils avaient été alignés, les onze prévenus durent passer devant. Le tribunal était composé de cinq hommes en uniforme présidé par un capitaine des GMR. Cinq maquisards des Glières ont été passés aussitôt par les armes, par un peloton de GMR et de gendarmes de l’État français, sur le champ de tir à Annecy. Des sources indiquent aussi la date du 5 mai (AERI) et non du 4 mai (Plaques commémoratives).

Reconnu «Mort pour le France» le 10 octobre 1944. Son nom est inscrit sur le Mur du Souvenir élevé à l’entrée de la nécropole, ainsi que sur le sur la plaque, rue Marius Vallin à Annecy et sur la stèle de Doussard.

Il fut inhumé dans la nécropole nationale (97 tombes) de Morette, les Glières, à Thônes.

Il a laissé une courte lettre (en allemand) que nous publions grâce à la gentillesse de Julien Helgott :

Sa famille se réfugiera ensuite en Suisse, grâce à des passeurs chablaisiens.Silma Schmidt avait auparavant perdu 4 enfants d’un premier mariage, exécutés à Auschwitz. Après la mort d’Hugo, elle tombera dans une dépression profonde.

Lettre de Hugo à sa famille

SOURCE : AERI-Haute-Savoie, Fonds Michel Germain. — Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — Mémorial GenWeb. —Marine Garnier, Trajectoires des républicains espagnols en Haute-Savoie entre 1940 et 1945, Mémoire de recherche en histoire, p. 159, Institut d’Études politiques de Paris.

Lieux de mémoire

Nécropole

La Balme-de-Thuys — Nécropole militaire nationale de Morette

Les corps de 105 résistants, principalement des combattants des Glières, sont inhumés au cimetière de Morette dès avril 1944. Inauguré par Vincent AURIOL en 1947, ce cimetière militaire devient la Nécropole nationale des Glières en 1984, classé monument historique en 2015. Il est géré par l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre.

Plaque commémorative

Annecy — Plaque du Stand de tir

Plaque en hommage aux huit résistants fusillés sur place le 22 février 1944, ainsi qu'aux cinq maquisards des Glières exécutés au même endroit le 4 mai 1944 après avoir été capturés lors de leur redescente du plateau.

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !