Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Nâves-Parmelan — C’était il y a 80 ans

Le maire et le président de l’association des Glières ont déposé la gerbe des 80 ans. Photo Le DL/J-L.F.

Il y a 80 ans, les alentours du chalet du “Clu” étaient beaucoup moins boisés, on devait voir le refuge du village, et la neige était abondante. Le capitaine Anjot, qui le 26 mars à 22 heures avait ordonné le repli et l’exfiltration du plateau des Glières à tous les maquisards, et cinq de ses hommes tombaient sous les balles allemandes tandis qu’ils prenaient un peu de repos après une nuit de marche harassante.

Aujourd’hui, la stèle, dont les abords ont été réaménagés pour ce 80e anniversaire, voit passer des randonneurs qui ne peuvent que s’arrêter pour découvrir une page de la glorieuse histoire du plateau. Et bien sûr, chaque année, ce sont les habitants de Nâves qui se rassemblent pour rendre hommage aux héros des Glières.

Et la cérémonie de samedi, commémorant huit décennies de mémoire, fut à la fois sobre et solennelle. Entouré de nombreux porte-drapeaux, d’un détachement du 27e BCA, d’élus et des représentants d’associations mémorielles, Christophe Poncet, maire de Nâves-Parmelan, rappela la fidélité de sa commune au devoir de mémoire. Gérard Métral, président de l’association des Glières, revint sur la personnalité du capitaine Maurice Anjot, dit Bayard, qui écrivait quelques jours avant la fin tragique à sa femme : « J’ai jugé que mon devoir était là ». Et à ses proches collaborateurs : « J’ai décidé de monter au plateau. Je sais que je n’en reviendrai pas. Je vous dis adieu. […] Ma vie importe peu si je peux sauver celle des autres ». Puis de très jeunes enfants déposèrent des roses, précédant les gerbes officielles, et chantèrent La Marseillaise accompagnés par l’Écho du Parmelan.

stèle à l’effigie du capitaine Anjot

Le 13 avril, dans la commune, sur le chemin de l’école, sera inaugurée une nouvelle stèle à l’effigie du valeureux capitaine. Aucun écolier nâverain ne pourra ignorer pourquoi et a qui il doit sa liberté.

Jean-Luc Felgeirolle, Article du 26 mars 2024
Monument commémoratif

Nâves-Parmelan — Monument commémoratif 27 mars 1944

À la mémoire de capitaine Anjot Maurice, du Sergent Vitipon, du Lieutenant Louis, Dancet Lambert, combattants des Glières tués le 27 mars 1944" et "La résistance espagnole à ses camarades du bataillon des Glières. Manuel Corps, Florian Andujar, Antonio Perez, morts pour la France et la liberté le 27 mars 1944.

En mémoire de

Maurice AnjotLouis VitiponLambert DancetManuel Corps-MoraledaFlorian Andujar