Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Sciez - Commémoration du combat de Foges et hommage aux résistants de la commune

Après la revue des troupes, le cortège est passé dans les allées pour honorer les tombes des victimes du conflit, tous les résistants de Sciez qui reposent au cimetière.

Une bise noire sifflait entre les tombes ce dimanche 26 février alors que les officiels se sont réunis nombreux pour commémorer le combat de Foges et les jeunes Chablaisiens tombés pour la liberté lors de la Seconde Guerre mondiale.

C’est Hubert Demolis qui orchestrait la cérémonie de dimanche, réunissant les porte-drapeaux locaux, anciens combattants, marins et parachutistes, les représentants de l’Anacr, les familles des disparus et les élus des communes voisines autour du maire Cyrille Demolis, les conseillers régionaux et départementaux (Richard Baud, Serge Delsante,…), le sénateur Cyrille Pelvat et le sous-préfet Emmanuel Coquand.

Des coupes fleuries de lumineuses jonquilles furent déposées sur sept tombes. Celle de Pierre Favre, de Marignan (décédé de blessures en service commandé de l’Armée secrète), celle de Maurice Biolley, du chef-lieu (combattant des Francs Tireurs partisans, mort au combat en Indochine contre l’occupant japonais), celle de Roger Malgarotto, de Prailles (capitaine des FTP fusillé en juin 1944 à Vieugy), celle de robert Després, de Marignan (FTP fauché par une rafale de mitrailleuse à Marnaz lors de la libération de Cluses), celle d’Alexandre Neplaz (organisateur de la Résistance de Sciez sous le nom de capitaine Lenoir), celle de Marcel Vulliez, de Coudrée (prisonnier évadé abattu par un gendarme près de son domicile), et bien sûr, celle de Joseph Dupraz.

Joseph est le seul de ces sept maquisards tombés héroïquement au combat de Foges, victime de la Milice en février 1944, qui ne soit pas enseveli au cimetière de Lully. C’est Bernard Neplaz, vice-président départemental de l’Anacr, qui a fait appel à ses souvenirs d’enfant pour évoquer cette journée fatidique et la mémorable sépulture du soldat de Songy avec près de 3 000 personnes pour l’accompagner à sa dernière demeure. «  Ces événements ont eu lieu il y a près de 80 ans. C’était hier. En ces temps où reviennent des conflits en Europe, cette commémoration nous rappelle qu’il faut bannir la haine et promouvoir la fraternité   », a conclu le maire de Sciez.

A.M-C ,Article du 29 fév. 2023