Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Beaucoup d’émotion lors de l’AG du Souvenir français

Robert PERSOUD diplômé

L’assemblée générale du comité de Cruseilles du Souvenir français,, qui regroupe neuf communes, s’est déroulée début mai. Le rendez-vous était donné devant le monument de Cruseilles pour un dépôt de gerbe en hommage à tous les morts pour la France des communes de Cruseilles, Villy-le-Bouveret, Menthonnex-en-Bornes, Le Sappey, Vovray, Copponex, Cernex, Andilly et Saint-Blaise.

Le dépôt de gerbe fut fait par le maire, Michel Flahaut, délégué départemental du SF74, et Jean-Marc Beauquis, président local. Jean-Paul Duret à la trompette a rehaussé cette cérémonie par la Sonnerie aux morts. L’absence de Michelle Ailloud pour cause de Covid a modifié le déroulement. Trésorière secrétaire en titre, Michelle avait déjà annoncé vouloir passer la main, mais devait présenter le bilan financier et surtout, il était prévu de la mettre à l’honneur pour le travail accompli depuis de nombreuses années.

L’assemblée a débuté par une minute de silence en souvenir de neuf membres du SF74 et AFN décédés en 2021. Michel Flahaut a supervisé les élections, expliqué le nouveau règlement, tracé la ligne directrice du travail à accomplir. Lors de l’élection, la liste unique de Jean-Marc Beauquis, président, composée de Michèle Traon, trésorière secrétaire pour succéder à Michelle Ailloud, Robert Persoud porte-drapeau, Louis Jacquemoud, vice-président a été élue à l’unanimité.

Michele Traon, nouvellement élue, a pu présenter le bilan financier que lui avait préparé Mme Ailloud après lui avoir rendu un vibrant hommage. Il a été voté à l’unanimité. L’objectif étant de financer les frais d’entretien des tombes et monuments abandonnés dans les communes, les sorties des élèves sur des sites mémoriaux comme les Glières, Izieux ou autres.

Après le bilan moral et les projets présentés par le président Beauquis, deux témoignages poignants de Robert Persoud, porte-drapeau, frère de Michelle Ailloud, dont son papa qu’il n’a pas connu a été fusillé à l’âge de 25 ans le 15 juin 1944 à Vieugy, puis celui de M. Giroir, nouvel habitant impliqué depuis longtemps en Bretagne dans le Souvenir francais.

Louis JACQUEMOUD, Article du 07 mai 2022