Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Libération-Sud

La résistance française de l'intérieur (RFI), appelée en France la Résistance, englobe l'ensemble des mouvements et réseaux clandestins qui durant la Seconde Guerre mondiale ont poursuivi la lutte contre l'Axe et ses relais collaborationnistes sur le territoire français depuis l'armistice du 22 juin 1940 jusqu’à la Libération de la métropole en 1944.

Libération-Sud

Page prochainement complétée

Libération ou Libération-Sud1 est un mouvement de Résistance de la période 1940-1944 créé dans la zone libre (zone sud). C'est l'un des huit mouvements de résistance qui constituent le Conseil national de la Résistance (CNR). Le journal du mouvement portait le même nom : Libération. Historique Dans un café à Clermont-Ferrand, vers octobre-novembre 19402, Emmanuel d'Astier de La Vigerie3 avec un petit groupe de personnes fonde ce qui va s'appeler d'abord « la Dernière colonne », puis « Libération » de zone sud (ou Libération-Sud), un des trois mouvements de la Résistance non communiste de zone sud. Jean Cavaillès, le philosophe, Georges Zérapha, fondateur de la LICRA, qui s'était fortement engagé dans les années 1930 contre les antisémites et Lucie Bernard, qui ne s’appelle pas encore Lucie Aubrac, ces quatre personnages vont penser une action de résistance, et c'est le début de l'engagement militant. Autour de ce noyau, auquel se joint rapidement Jean Rochon, journaliste4 à La Montagne, viennent s'agréger d'autres hommes et d'autre femmes provenant de milieux divers, marqués notamment par un engagement antérieur dans la construction du Front populaire ou dans le mouvement syndical. Les contacts d'Emmanuel d'Astier avec le socialiste Daniel Mayer et avec Léon Jouhaux sont à l'origine du recrutement initial5. Un des traits particuliers de Libération est le rassemblement dans un même mouvement de résistance de militants issus de la CGT tels Julien Forgues (à Toulouse), Marius Vivier-Merle (à Lyon), Maurice Kriegel-Valrimont, Alfred Malleret-Joinville, de la CFTC comme Yvon Morandat, des intellectuels, des militants de gauche sans appartenance partisane, Raymond Aubrac6, Pascal Copeau, Serge Ravanel, ou des membres d'un des deux grands partis du Front populaire, la SFIO, comme Pierre Viénot ou André Philip. À partir de 1942, de nombreux communistes entrent dans le mouvement Libération, tels Pierre Hervé, Victor Leduc, Jean-Pierre Vernant, au point de faire suspecter un « noyautage » de celui-ci par le PCF, ce que démentent les historiens7,8. Le nom « Libération » aurait été tiré au sort et donné au mouvement à ses débuts par Emmanuel d'Astier et Albert Kohan. Selon l'historien Laurent Douzou, le nom du mouvement est trouvé par Jean Cavaillès9. Il émerge réellement au printemps 1941 avec la conception du journal éponyme. En effet, l'activité première du mouvement Libération, est l'édition et la diffusion d'un journal, Libération, auquel le mouvement donnait son nom. En retour, le journal est la colonne vertébrale à partir de laquelle s'organise l'activité du mouvement. L'organisation se structure en 7 régions qui couvrent l'ensemble de la zone sud. Parmi elles, deux sont particulièrement fortes : la région 3, autour de Lyon, nœud central du mouvement, et la région 6, autour de Toulouse. À la « propagande-diffusion » du journal s'agrège progressivement d'autres secteurs d'activité : le service des faux-papiers, le service social et le service de « l'action politique », dont le responsable est en fait le numéro 2 du mouvement. Ce fut d'abord Jacques Brunschwig-Bordier puis Pascal Copeau. En 1942, Raymond Aubrac demande à Maurice Kriegel-Valrimont d'organiser la branche militaire du mouvement. Très tôt des contacts sont engagés entre le mouvement, émanation de la Résistance intérieure et Londres, où le général de Gaulle fait vivre la France libre. En mai 1942, Emmanuel d'Astier, le chef charismatique du mouvement fait le voyage de Londres et y rencontre de Gaulle. Quand celui-ci, en novembre 1943, crée le Comité français de Libération nationale (CFLN), c'est d'Astier qu'il choisit comme commissaire à l'Intérieur. Cette nomination vaut au mouvement Libération une reconnaissance incontestable. Pascal Copeau siège au Conseil national de la Résistance. En avril 1943, Libération-Sud10 se groupe avec les autres Mouvement de Résistance en zone Sud, Combat et Franc-Tireur, pour former les Mouvements unis de la Résistance (MUR). Au titre de la Résistance intérieure, le mouvement désigne en 1943 quatre délégués à l'Assemblée consultative provisoire siégeant à Alger, puis six délégués en novembre 1944 lorsqu'elle est formée à Paris. Le journal Libération Article détaillé : Libération (journal, 1941-1964). En juillet 1941, Raymond Aubrac et Emmanuel d'Astier de la Vigerie lancent Libération, le journal clandestin du mouvement11. L'aventure éditoriale commence par un tirage à 10 000 exemplaires pour le premier numéro. En atteignant des pointes de 200 000 exemplaires tirés, il va devenir le second journal clandestin le plus diffusé de zone sud après Combat. De 1942 à avril 1944, date de son arrestation le rédacteur en chef en fut le journaliste-écrivain Louis Martin-Chauffier. À la libération de la France, en août 1944, le journal reparaît au grand jour, dirigé par d'Astier. Dès le 21 août il devenait quotidien. Il paraît jusqu'en 1964. Son titre, sera ultérieurement repris par Jean-Paul Sartre et Serge July pour la création de leur journal.

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !