Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Bassan Walter

Né le 5 novembre 1926 à Rovigo (Italie), mort le 5 septembre 2017 à La Tour (Haute-Savoie) ; résistant FTP, déporté.

Walter Bassan est le fils de Gino, un réfugié italien anti-fasciste qui s’établit en France, après s’être expatrié en Belgique. Il trouva à s’employer en Haute-Savoie, au moulin de Juvigny. C’est là qu’il fit venir sa famille en 1930.

Walter Bassan entra dans la Résistance en 1943, dans un groupe FTP d’Annecy formé d’une vingtaine de garçons très jeunes, auxquelles appartiennent ses deux frères, dont l’aîné, Serge. Dénoncés, ils furent arrêtés par la Milice le 23 mars 1944 avec d’autres. Transférés à l’Intendance d’Annecy, siège de la Milice, où ils furent durement interrogés, ils furent conduits à la prison Saint-Paul de Lyon.

Le 29 juin 1944, le convoi I. 234 qui comprenait 350 hommes l’emmena vers Dachau, où il arriva le 2 juillet. Walter Bassan reçut le matricule 75 823, et fut transféré dans le kommando de Kempten, non loin de la frontière avec l’Autriche. Mais il est séparé de son frère, qui fut envoyé dans le kommando de Weißensee ; Serge mourut le 2 mars 1945 à Ohrdruf, qui relevait du camp de Buchenwald. Walter Bassan fut libéré le 29 avril à Füssen.

Walter Bassan resta fidèle au communisme : « je suis entré pour l’idéal que représenter le communisme, quels que soient les dirigeants et leurs erreurs », d’après ce qu’il déclara dans le documentaire qu’il lui a été consacré.

Il fut parrain de l’association « Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui » (CRHA), créée en 2009 en contrepoint de la visite annuelle de N. Sarkozy sur le plateau des Glières, et dont l’objet fut synthétisé par Walter Bassan en ces mots : «  rappeler le sens des idéaux de la Résistance et réveiller les consciences  ».

Walter Bassan continue aujourd’hui d’accompagner les élèves dans la compréhension de cette période, dans les camps et prisons, notamment pour faire connaître l’héritage de la Résistance, dont le programme du CNR. Il est d’ailleurs l’un des premiers signataires de la pétition lancée par l’association « résister aujourd’hui », en 2012, afin de « reconstituer les services publics et institutions créés à la Libération pour aller vers une véritable démocratie économique et sociale. Possible en 1944, cette démarche l’est d’autant plus aujourd’hui alors que le pays n’a cessé de s’enrichir depuis. Droit à la santé pour tous, droit à une retraite, droit à l’éducation, droit au travail, droit à la culture demeurent les seuls véritables garants de l’égalité républicaine ».

Walter Bassan est président de la Fédération nationale des déportés, internés, résistants et patriotes (FNDIRP).

Nous soutenir

Soutenir le Souvenir Français (74)
Le Souvenir Français œuvre pour que vive la mémoire de notre Nation au travers de trois grandes actions :
  • 1

    La sauvegarde de la totalité des tombes des combattants Morts pour la France et éviter que tous les jours les restes de combattants rejoignent les fosses communes municipales suite à des sépultures tombées en déshérence.

  • 2

    Le maintien des cérémonies patriotiques locales aux coté des grand date nationale et ce,bien que le nombre d’anciens combattants diminuent chaque année.

  • 3

    Le développement des voyages mémoriels afin qu’aucun enfant de France ne quitte sa scolarité sans avoir découvert un lieu de notre mémoire nationale ou participer à une commémoration.

Pour atteindre ces objectifs,nous avons besoin de vous !