Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Évènements de Seyssel : Le 10 février 1944, une rafle était menée à Anglefort

Rafle et exécution Seyssel 1944 : Une gerbe a été déposée devant la plaque commémorative de l’école Jules-Coissard par les maires des deux Seyssels.

Avant le lever du jour, une colonne allemande venant de Culoz avait encerclé le village d’Anglefort, un peu engourdi sous la couche de neige tombée pendant la nuit.

La rafle du 10 février 1944 à Anglefort

Allant de maison en maison, les soldats allemands avaient rassemblé la plus grande partie des hommes du village dans la grange à D’Honneur, emplacement actuel de la boulangerie an centre bourg.

Sur quelle base le tri a-t-il été effectué ? Sur l’absence de carte d’identité, ce qui pourrait être vraisemblable pour des jeunes de 19 et 23 ans réfractaires au STO, mais plus incertain pour un homme de 45 ans.

Sur une liste de dénonciations ? Un groupe de Clafordans a été emmené au cours complémentaire de Seyssel, et dans les jours qui ont suivi, certains ont été relâchés, quatre d’entre eux étant maintenus sur place.

La mémoire des quatre déportés rappelée lors de la cérémonie demain à Seyssel

Le dimanche 13 février 1944, tous les détenus, une quarantaine d’hommes et trois femmes furent enfermés dans les wagons du train qui les emmena au camp de Compiègne.

Le 22 mars 1944, le convoi n° 1191 fut celui de la dernière étape en direction de Mauthausen, où ils furent tondus et tatoués : Aimé Thiboud, 23 ans n°60 627, Robert Thiboud, son frère, 19 ans n° 60 629, Thiboud Auguste, 45 ans n° 60 628, Robert Coquet, 19 ans n° 59 771.

Aucun n’est revenu, Robert Thiboud est mort cinq jours après son arrivée au camp, son frère Aimé le 4 janvier 1945 au camp de Guzen, Robert Coquet le 5 mai 1945, le jour de la libération du camp par les Américains, Auguste Thiboud le 17 mai, onze jours après la libération du camp.

Leur souvenir sera évoqué lors de la commémoration des événements de février 1944 à la cérémonie du dimanche 14 février à 11 h 30 devant l’école élémentaire Jules-Coissard.

G.G., 13 février. 2016