Le Souvenir Français
Délégation de la Haute-Savoie (74)
menu

Exposition : Le sport, un héritage inattendu de la Grande Guerre

Expostion Souvenir Français : Le sport, un héritage inattendu de la Grande Guerre.

Tout au long de cet été, sera présentée au siège de l’Association l’exposition « Le sport, un héritage inattendu de la Grande Guerre ». Conçue dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre mondiale et réalisée par l’historien et spécialiste de l’histoire du sport Michel Merckel, d’après son ouvrage 14-18, le sport sort des tranchées.

Un héritage inattendu de la Grande Guerre (Éditions CAIRN, 2017), l’exposition retrace en 26 panneaux comment la pratique sportive a évolué depuis la guerre de 1870 au sein de l’armée, et notamment les bouleversements qu’elle a entraînés depuis le conflit de 1914-1918.

L’inauguration a lieu le jeudi 4 juillet 2024 à 17h30, en présence du Général Anne-Cécile Ortemann, Présidente de la Fédération des Clubs de la Défénse, ainsi que de l’historien Michel Merckel et de Marie-Christine Verdier-Jouclas, Directrice générale de l’[onacvt].

L’exposition sera visitable au siège du Souvenir Français tout l’été, du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 16h.

Une cérémonie d'hommage à Octave LAPIZE

Le dimanche 14 juillet 2024 aura lieu à Villiers-sur-Marne (Val de Marne) un hommage à Octave Lapize (Val de Marne), tombé le 14 juillet 1917 lors d’un combat aérien. À cette occasion, le Souvenir Français vous propose de découvrir ou de redécouvrir le parcours de ce sportif « Mort pour la France », grâce à une fiche, rédigée par Michel Merckel, créateur de l’exposition Le Sport, héritage inattendu de la Grande Guerre, qui sera exposée dès le jeudi 4 juillet au siège du Souvenir Français.

Octave LAPIZE est né le 24 octobre 1887 à Paris. À 14 ans, il travaille comme apprenti et commence à se passionner pour le cyclisme.

Le sportif

Il est un des plus grands champions du cyclisme français.

Vainqueur de nombreuses courses chez les amateurs, il participe aux Jeux Olympiques de Londres en 1908 où il remporte la médaille de bronze aux 100 km sur piste. Passé professionnel en 1909, il remporte le Tour de France 1910.

Multipliant les victoires, il réalise des triplés exceptionnels dans des courses comme Paris-Roubaix, Paris-Bruxelles ou le championnat de France sur route.

Le soldat

Bien que réformé pour surdité, il s’engage le 14 août 1914.

Incorporé dans le 19e Escadron du Train, il est muté à sa demande dans l’Aviation. Nommé dans le 35e Régiment d’Aviation, il y devient rapidement un aviateur accompli et c’est en tant que sergent qu’il est tué en combat aérien le 14 juillet 1917, au-dessus de Flirey en Meurthe-et-Moselle. Cité pour acte de bravoure, Octave est « Mort pour le France ». Il repose au cimetière de Villiers-sur-Marne, la ville où il remporta le 3 août 1906 sa première victoire.

Une version plus complète de cette fiche est disponible dans l’ouvrage 14-18 le sport sort des tranchées. Un héritage inattendu de la Grande Guerre, publié aux éditions Cairn en avril 2017 par le même auteur.

La désignation d’une marraine

En cette année olympique, le Souvenir Français vous propose de réviser le parcours de sa marraine, l’athlète Marie-José Perec.

  • PEREC, Marie-José, Juliana, athlète française. Née le 9 mai 1968 à Basse-Terre (Guadeloupe).
  • Fille de José Perec, et de Mme Josette Distin, Hôtesse d’accueil. Elle est la mère d’un petit garçon, Nolan, né le 30 mars 2010 de son compagnon Sébastien Foucras.
  • Études : Institut national du sport et de l’éducation physique (Insep).
  • Diplôme(s) : Brevet d’études professionnelles d’électronique.

Carrière

Elle est, avec la cycliste Félicia Ballanger, l’une des deux sportives françaises à être triple championne olympique, et la seule Française triple championne olympique d’athlétisme : en 1992 aux Jeux de Barcelone sur 400 mètres et deux fois aux Jeux d’Atlanta en 1996 sur 400 mètres et 200 mètres. Elle est également la deuxième à avoir réalisé le doublé aux Jeux Olympiques sur 200 et 400 mètres (la première étant l’Américaine Valerie Brisco-Hooks), et la première athlète, hommes et femmes confondus, à avoir remporté, lors de deux Jeux Olympiques consécutifs, le titre sur 400 mètres. Le temps qu’elle a signé en finale à Atlanta 1996, 48 s 25 est à ce jour la septième meilleure performance de tous les temps et durant 23 ans, le seul temps réalisé à moins d’une seconde du record du monde de Marita Koch (47 s 60 en 1985), ainsi que le record olympique sur le tour de piste. Marie-José Pérec est également double championne du monde du 400 mètres, à Tokyo en 1991 et à Göteborg en 1995. Elle détient le record de France du 200 mètres (21 s 99, 1993), du 400 mètres (48 s 25, 1996), du 400 mètres haies (53 s 21, 1995) et du relais 4 × 400 mètres (3 min 22 s 34, 1994).

Elle est la première athlète française, tous sexes confondus, à avoir obtenu à la fois des médailles européenne, mondiale et olympique dans une discipline individuelle.

Vie extra sportive

Depuis la fin de sa carrière sportive, Marie-José Pérec s’est engagée dans diverses activités liées au monde du sport. Elle est membre du club des Champions de la Paix, un collectif de 54 athlètes de haut niveau créé par Peace and Sport, organisation internationale basée à Monaco et œuvrant pour la construction d’une paix durable grâce au sport. En octobre 2012, elle est élue à la tête de la ligue d’athlétisme de Guadeloupe avec 84 % des voix, succédant à Camille Elisabeth qui fut sa première entraineuse.

En 2004, elle a participé aux Jeux d’Athènes en tant que consultante pour Canal+. Cependant, elle considère cette expérience comme non concluante : « J’ai arrêté parce que je me suis trouvée nulle. À la télé, je suis horrible ».

Elle est diplômée en 2007 d’un mastère en management sportif de l’ESSEC.

Depuis, elle est présente sur les grands championnats, occupant un poste de consultante pour la presse, en particulier pour le journal L’Équipe.

Du 5 au 21 août 2016, en outre, Marie-José Pérec a rejoint l’équipe de RTL pour les Jeux Olympiques de 2016, tenant une chronique quotidienne dans la matinale de la station.

En 2008, elle a publié un livre intitulé Rien ne sert de courir… dont la partie la plus attendue est son explication sur les Jeux Olympiques de Sydney, les événements, sa fuite, et les événements de Singapour. En octobre 2002, le chanteur Alain Bashung avait écrit sur l’album L’Imprudence une chanson intitulée Dans la foulée qui était dédiée à Marie-Jo Pérec et relatait cet événement où il dénonçait le « lynchage médiatique » dont elle avait fait l’objet et s’interrogeait sur les sentiments paranoïaques de chacun.

En 2016, pour la série Frères d’armes co-réalisée par Pascal Blanchard et Rachid Bouchareb, elle a prêté sa voix au film-portrait d’Alain Mimoun, athlète de légende et combattant lors de la Seconde Guerre mondiale, né en Algérie (1921-2013).

En juin 2024, elle participe à l’expédition amenant la Flamme olympique de Paris aux Antilles, à bord du trimaran d’Armel Le Cléach, et est la première porteuse de la Flamme olympique en Guadeloupe.

Autres distinctions

Elle décroche en 1992 et 1996 le titre de Champion des champions français décerné par le journal L’Équipe (3e en 1991). En 1997, elle est récompensée du ESPN Award dans la catégorie athlète féminine.

En 1996, elle est récompensée du grand prix par l’Académie des sports.

En 2013, elle est intronisée au Panthéon de l’athlétisme de l’IAAF.

En 2020, elle est nommée Légende du sport par le Musée national du Sport.

Décorations

Officier de la Légion d’honneur le 14 juillet 2013.
Contrôleur Général des Armées (2s)
Président Général de l'association Le Souvenir Français
, 23 June 2024